Archives du mot-clé Géoportail

Géoportail, OpenStreetmap, Google.. quel bon fond de carte numérique en randonnée ?

Depuis quelques mois je vois de nombreux randonneurs sortir leur smartphone pour se situer lors de nos balades en groupe. Je ne peux que me réjouir de cette curiosité en déplorant cependant une sacrée méconnaissance de la cartographie relative à notre activité .

Avant la prolifération des App de randos, la carte papier IGN au 1:25.000e (1 cm sur la carte = 250 m sur le terrain) était l’outil indispensable à l’orientation et au tracé des itinéraires . Fort heureusement, elle le reste encore en offrant une fois dépliée une vision globale d’une zone à découvrir avec un maximum d’informations. A condition de savoir la lire et de s’y orienter avec l’autre outil : la boussole !

Désormais les App fleurissent sur les écrans, le GPS ou Galiléo donnent en un coup d’oeil la position du randonneur et lui offrent de nombreuses fonctions supplémentaires notamment la possibilité de charger, suivre ou sauvegarder une trace au format .gpx . Il y un bémol à cette enthousiasme : encore faut-il disposer du bon fond de carte.

Qu’est ce qu’un bon fond de carte pour le randonneur ??

Il faut d’abord disposer d’un document numérique capable de visualiser les chemins AVEC PRECISION (sentiers ordinaires, GR, PR balisés, route de Compostelle..etc..) , les courbes de niveau , les points remarquables pouvant servir de repère (église, château d’eau, voie de chemin de fer..) Cette précision et ce détail doivent être équivalents à ceux des cartes au 1:25000e papier. Encore faut que le développeur de l’App s’y soit intéressé ou que le randonneur sache correctement paramétrer son App entre usage à pied, en vélo, en bagnole , usage urbain ou outdoor.

Actuellement et pour la France, les App de randonnée utilisent deux fonds de carte principaux . Le plus puissant, le plus complet reste sans égal Géoportail (IGN) , payant , mis à jour régulièrement. Les App comme VisoRando, Iphigénie, IGNRando ou Sity trail l’ont adopté. Le rendu topographique, la lisibilité varient d’une App à l’autre.

Lire la suite Géoportail, OpenStreetmap, Google.. quel bon fond de carte numérique en randonnée ?

Géoportail, OpenStreetmap, Google.. quel bon fond de carte numérique en randonnée ?

Depuis quelques mois je vois de nombreux randonneurs sortir leur smartphone pour se situer lors de nos balades en groupe. Je ne peux que me réjouir de cette curiosité en déplorant cependant une sacrée méconnaissance de la cartographie relative à notre activité .

Avant la prolifération des App de randos, la carte papier IGN au 1:25.000e (1 cm sur la carte = 250 m sur le terrain) était l’outil indispensable à l’orientation et au tracé des itinéraires . Fort heureusement, elle le reste encore en offrant une fois dépliée une vision globale d’une zone à découvrir avec un maximum d’informations. A condition de savoir la lire et de s’y orienter avec l’autre outil : la boussole !

Désormais les App fleurissent sur les écrans, le GPS ou Galiléo donnent en un coup d’oeil la position du randonneur et lui offrent de nombreuses fonctions supplémentaires notamment la possibilité de charger, suivre ou sauvegarder une trace au format .gpx . Il y un bémol à cette enthousiasme : encore faut-il disposer du bon fond de carte.

Qu’est ce qu’un bon fond de carte pour le randonneur ??

Il faut d’abord disposer d’un document numérique capable de visualiser les chemins AVEC PRECISION (sentiers ordinaires, GR, PR balisés, route de Compostelle..etc..) , les courbes de niveau , les points remarquables pouvant servir de repère (église, château d’eau, voie de chemin de fer..) Cette précision et ce détail doivent être équivalents à ceux des cartes au 1:25000e papier. Encore faut que le développeur de l’App s’y soit intéressé ou que le randonneur sache correctement paramétrer son App entre usage à pied, en vélo, en bagnole , usage urbain ou outdoor.

Actuellement et pour la France, les App de randonnée utilisent deux fonds de carte principaux . Le plus puissant, le plus complet reste sans égal Géoportail (IGN) , payant , mis à jour régulièrement. Les App comme VisoRando, Iphigénie, IGNRando ou Sity trail l’ont adopté. Le rendu topographique, la lisibilité varient d’une App à l’autre.

Lire la suite Géoportail, OpenStreetmap, Google.. quel bon fond de carte numérique en randonnée ?

Toutes les App GPS de randonnée pour smartphones (Android et Ios)

La carte Topo IGN

S’orienter, se repérer, la quête du randonneur

Les App de rando GPS signent-t-elles la  fin des cartes papier et de la boussole ?

Carte et boussole, 100% fiabilité

Hormis les marcheurs qui se contentent de suivre un groupe sans se poser de questions si ce n’est connaître l’heure du déjeuner, la plupart des randonneurs cherchent toujours à savoir où ils se trouvent, quelle direction prendre pour atteindre leur but ou comment décider d’un plan B en cas de pépin, estimer la durée de marche restant à faire. Depuis très longtemps, on utilise des cartes papiers topographiques, quelles soient touristiques (Michelin, IGN…) ou celles dites d’Etat Major, cadastrales, etc. La boussole fait toujours partie de l’accessoire indispensable à l’utilisation de la carte topographique. L’échelle habituellement utilisée en rando est le 1:25.000e , c ‘est à dire 1 cm= 250 m. Cette échelle offre une précision suffisante pour suivre un parcours à pied. Les cartes topographiques comportent une foule d’informations utiles à l’ orientation : les GR, PR, GPR définis pas la FFRP (Fédération Française de Randonnée Pédestre), les routes, les courbes de niveau définissant le relief, les cours d’eau, les édifices divers (châteaux d’eau, églises, viaducs…) ainsi que les numéros des parcelles de terrains bien utiles en forêt. Il faut donc apprendre à déchiffrer les cartes. Rien de très compliqué, et la plupart des clubs et associations de randonnée proposent des cours d’orientation.

Avantages et points faibles des cartes papier : fiabilité du support, pas de panne, pas d’énergie.  En revanche, la mise à jour se fait environ tous les 5 ans (ex : IGN). Plusieurs cartes sont nécessaires pour des randos sur plusieurs jours (poids et coût). Les nouvelles cartes dites « compatibles GPS »  (quadrillage militaire de référence UTM) permettent de reporter facilement la position lue sur un GPS (sans fond de carte) sur la carte et de déterminer ainsi sa position. Enfin, malgré les efforts des éditeurs, elles restent fragiles et résistent mal aux intempéries. L’utilisation des porte-cartes est ici recommandée. Quoiqu’il en soit les cartes resteront toujours l’outil d’orientation le plus fiable du randonneur.

Vous emportez votre portable ? Autant l’utiliser en randonnée.

Les nouveaux GPS des smartphones : dès 2018 une précision de 35 cm et moins gourmands

La quasi totalité des modèles à écran tactile du commerce est équipée d’une puce GPS. Et, bonne nouvelle, la société Broadcom proposera dès 2018 une puce offrant une précision de 35 cm au lieu de 5 m aujourd’hui sur les appareils sous Android . La consommation devrait être aussi réduite de 50%. A suivre… Pour s’orienter avec son smartphone le randonneur devra télécharger une Application à partir de l’ Apple Store (IOS ) ou Google Play (Android). Rappelons que Google Maps n’offre pas cette possibilité et de plus cette application nécessite une connexion internet (réseau 3G, 4G…). Toutes les applications ont pour but de charger les fonds de carte destinés à la randonnées, le plus souvent au 1:25.000e. D’où proviennent ces cartes ? Les applications les plus performantes utilisent le flux de Geoportail. Le site Geoportail a pour vocation de faciliter l’accès à l’information géographique de référence, c’est-à-dire une information publique et de source officielle sur le territoire national. Cet outil permet de disposer de données fiables et complètes, remises à jour en permanence. On y retrouve les données géographiques numériques de l’IGN (photographies aériennes, cartes à toute échelle, représentations des bâtiments et du parcellaire cadastral, hydrographie, altitude, réseaux, limites administratives, noms de lieux…). Plus de 1 500 applications utilisent ainsi le flux de données Geoportail, donc celles de randonnées que vous trouverez ci-dessous. Les App de rando se différencient pas la richesse de leurs fonctions. La plus importante reste la possibilité de travailler « hors connexion ». Le principe est de stocker le fond de carte en le téléchargeant en Wifi avant la randonnée. Les puces GPS étant particulièrement gourmandes, cette fonction fait économiser ainsi de la batterie. Des App proposent aussi de mémoriser votre trace en cours de randonnée ou l’itinéraire que vous avez préparé chez vous sur votre Mac ou PC, ou encore de télécharger celles d’autres marcheurs.  (VisuGpx, Openrunner, Visorando…). Sur certaines un système de « balise » permet à vos proches de vous localiser en randonnée.

Le site Géoportail fournit le flux des cartes numériques à beaucoup d’App de randonnée

L’utilisation des données numériques de cartographie a bien sûr un coût. Ces App proposent des périodes d’essai gratuites d’une semaine puis facturent les téléchargements soit par unité géographique (ex : une région), soit par abonnement mensuel ou annuel, et ce avec diverses options de fonctionnalité – de 14 à 30 euros par an. Certaines comme Iphigénie (donc IGN) ont conclu des partenariats avec des instituts géographiques étrangers (Espagne notamment). Cela dit le  fameux portail OpenStreetMap met en ligne une cartographie communautaire accessible gratuitement. La précision de cette offre reste toutefois un peu aléatoire, tout comme le chargement des fichiers. Ces applications sont utilisées également sur tablettes qui disposent d’une puce GPS.

Batteries de secours 2200, 11400 et 4400 mah.

Conseils aux utilisateurs de GPS rando sur smartphone.

1- Attention, l’utilisation d’une App rando sur smartphone est plus complexe qu’il n’y parait et ne remplacera jamais la carte papier et la boussole en terme de fiabilité. Mais puisque vous l’avez dans le sac, autant utiliser une App dédiée.

2- Privilégiez une App fonctionnant « hors Connexion « . (au réseau 4G)

3-Téléchargez plus rapidement les fonds de carte chez vous en wifi.

4- Prévoyez une batterie de secours externe (de 2.200 à 4.400 mah).

5- En rando de groupe, évitez de contredire le guide et sa carte papier en sortant votre smartphone à tout bout de champs. Attendez qu’il vous sollicite !

6- Non ! Google Maps n’est pas une application destinée à la randonnée, mais elle dépanne pour se localiser.

7- Peu de smartphones sont étanches. Attention par temps de pluie, protégez votre appareil dans une coque spéciale ou un mini sac de congélation où vous ferez le vide avec une paille. Cela marche très bien.

8- Côté tablette, trouvez votre propre compromis entre confort, poids et consommation. Un écran de 10 pouces me semble être la taille maximum.

 

Lire la suite Toutes les App GPS de randonnée pour smartphones (Android et Ios)