Tous les articles par parigot92270

Le journalisme mène à tout, à condition d'en sortir . C'est fait ! La randonnée occupe désormais mon temps entre des missions caritatives sur Paris. Et ce blog n'a pas d'autre but que de vous faire partager cette passion ou peut être découvrir d' autres sentiers, en France ou mes expériences vers Compostelle . Bonne lecture et bonne route . Contact : richard.kirsch92@gmail.com

Rando du Vexin, 22 km dans les pas de Jules César, de Boissy à Chars.

Une randonnée de 22 km entre bosquets et plaines agricoles

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx ICI

Bienvenue dans un formidable espace de randonnée de 65.000 ha, le Parc Régional Naturel du Vexin ! Le nombre des itinéraires varie ici à l’infini dans cet univers très agricole dont l ‘alternance de bosquets et de plaines lui donne sur la carte des airs d’une véritable dentelle . Pour s’en convaincre il suffit de suivre le tracé de ce parcours depuis la gare de Boissy-l’Aillerie et de remonter vers le nord-ouest . Privé d’obstacles, un vent doux balaie de toute sa puissance ce jour-là ce décors épuré.

La chaussée de César traverse le Val d’Oise sur une ligne rectiligne se perdant à l’horizon.

De petits ruisseaux serpentent en secret dans les petits bosquets
Les premières couleurs d’automne

En ce début d’automne les champs de céréales ont été moissonnés et reçu leur premier labour. Il subsiste cependant les stigmates de la récente canicule . Des hectares de maïs meurent de soif sous nos yeux et les champs de betteraves ne semblent pas en meilleure forme. La sécheresse bouscule l’agriculture locale et crée même des conflits. Les plantations de Sorgho, une céréale sans gluten et nécessitant moins d’eau, ont fait leur apparition. Un projet de méthaniseur agricole a provoqué une levée de boucliers des riverains craignant ses probables nuisances.

Le Vexin regorge de nombreux lavoirs, vestiges d’une époque rurale d’un autre temps
Les plantations de Sorgho ont fait leur apparition dans le paysage.

Dans cette partie du Vexin le randonneur évolue parfois dans l’ombre en lisière de ces bois, puis revient dans l’immensité. Cagnard en été et brise glaciale en hiver , au choix ! Coté topo, il y a des millénaires , les romains ont tracé ici une voie rectiligne pour le commerce et la circulation des troupes . Celle-ci s’étendait entre Rouen et Lutèce. Dans le Val d’Oise, la Chaussée de César traverse ainsi le Vexin d’un seul jet.

Seules quelques bornes gravées rappellent au bord du chemin cette période ou la Gaulle faisait partir de cet empire gigantesque. Car l’histoire ne cesse d’émerger ici et là dans le Vexin, avec des sépultures du néolithique et ses villages médiévaux.

Au fil des kilomètres nous traversons ainsi plusieurs bourgs plongés dans une tranquillité dominicale bienfaisante pour nous autres, marcheurs de la ville . Le Vexin se montre clément avec un relief bosselé et dont le sommet culminant à 291 m en fait le point le plus élevé d’Ile-de-France ! Quelques étangs aménagés et bien entretenus complètent ce panorama accueillant du parc naturel. Il nous faudra plus de cinq heures pour rejoindre la gare de Chars en passant pas le joli village de Moussy . Les trains pour Paris ne passent que toutes les heures , le temps de se détendre sous les derniers rayons du soleil avant de revenir dans la fébrilité de la capitale.

Merci à Thérèse de randif pour la balade.

Idée rando : de Chevreuse au Perray en Yvelines- 24 km

un parcours de 24 km très boisé , dénivelé 350m +

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx ICI

Ce bel itinéraire de 24 km se déroule en majorité en sous-bois entre la vallée de Chevreuse et le nord-ouest de forêt de Rambouillet, avec très peu de route goudronnée et quelques passages en lisière de bois. Malgré les apparences ce long parcours s’avéra un peu éprouvant pour ceux qui l’abordèrent à un rythme soutenu, comme l’avait programmé Laurence notre guide de l’association parisienne Randif! Cette randonnée qui passe par le GR1 C cumule en effet au final plus de 300m de dénivelé positif sur un relief très bosselé. Un de nos camarades ayant sous-estimé cette difficulté y laissa une cheville endolorie et une retour chez lui en taxi une fois arrivé à Paris. On retrouve ici le même caractère du bassin sédimentaire de Fontainebleau, avec ses pins, ses chênes , charmes et autres bouleaux dans des étendues de fougères et les fameux rochers de gré sur un fond sablonneux. Rappelez vous , Il y a 300 millions d’années la mer recouvrait toute l’Ile-de France ! Il n’est pas rare de retrouver ici et là quelques fossiles.

quelques passages à découvert en lisière de forêt
De nombreux clubs équestres ont élus domicile dans la forêt de Rambouillet et ses environs

Les Vaux de Cernay sont magnifiques en ce début d’automne et il fait bon pique-niquer sur le promontoire qui domine les cascades. N’espérez pas contempler, même de loin, la fameuse abbaye, elle est totalement en cours de rénovation. Le secteur est plutôt fréquenté lors des week-ends et les randonneurs partagent souvent l’espace avec les VTT. Deux villages seulement permettent de recharger en eau le cas échéant .

les cascades des Vaux de Cernay en contre-bas du GR1 C

Côté accès, les franciliens venant de la capitale prendront le RER B à Denfert-Rochereau pour rejoindre le départ à la gare de Chevreuse. Le retour se fit ici à la gare du Perray-en-Yvelines pour rejoindre la gare Montparnasse. Il faut compter une bonne heure de trajet et les trains n’y passe que toute les heures. Ce parcours peut se faire en toutes saisons car il est bien abrité et ses sentiers souvent sablonneux restent toujours praticables par temps de pluie.

texte et photos Richard Kirsch

Cahier Sciences & Vie : Le Mystère Compostelle.

La presse publie régulièrement des magazines sur Compostelle, un sujet devenu ces dernières années très médiatique voire très vendeur. L’excellente revue Sciences & Vie propose des cahiers thématiques, son numéro de septembre 2022 traite aussi de ce sujet . Cette publication extrêmement bien documentée, basée sur des études historiques solides, notamment le « Codex Calixtinus« , apporte un nouvel éclairage sur ce pèlerinage millénaire encore plein de mystères.

Cette immersion passionnante dans l’histoire plonge le randonneur moderne que je suis, pèlerin multi récidiviste, dans une légende à la fois religieuse et très politique surprenante. Au fil des siècles, l’histoire de Compostelle se révèle. On y apprend notamment comment l’Espagne catholique va promouvoir ce chemin pour contrer la concurrence de ceux de Rome ou Jérusalem, dans une démarche aussi très économique ! Car les miracles de reliques et notamment celle de Saint-Jacques font recette dans toute l’Europe. Compostelle va donc mettre le monde en marche durant des siècles. Ces chemins perdent parfois de leur importance puis renaissent au gré dès évènements.

Le Codex Calixtinus, l’ouvrage de base sur le parcours d’un compagnon du Christ devenu martyr et dont les religues ont mis l’Europe en marche vers la Galice
Jacques le Majeur, un apôtre un peu hors normes sur la voie de l’évangélisation en Espagne.

Ce cahier de Sciences & Vie rentre en détails dans l’histoire des quatre voies principales en France : Tour, Vézelay, Le Puy en Velay et Arles, les complète de témoignages anciens parfois d’anecdotes savoureux et d’encadrés tout aussi passionnant. Il traite aussi d’un sujet moins connu, le pèlerinage par la mer des croyants venant des iles britanniques. Ce numéro est aussi l’occasion de découvrir le riche patrimoine culturel de ces chemins de légende. Alors au moment d’organiser votre voyage, je ne saurais trop vous inciter à parcourir cette publication pour mieux cerner la dimension historique de cette incroyable légende qui nous pousse encore aujourd’hui sur ces sentiers .

Les Cahiers Sciences & Vie . Le Mystère de Compostelle, la belle histoire qui a mis le monde en marche. N° L15516 -6,90€ en kiosque

Idée randonnée 91 de gare à gare : Boutigny – Etrechy . 22 km

Pas facile de trouver de nouveaux itinéraires de randonnée dans l’espace du pass Navigo parigot qui au fil des années se réduit comme une peau de chagrin . Il faut souvent aller aux confins de la zone 5 dans l’Essonne , prendre son mal en patience et jongler entre deux RER ! Ce parcours sans grandes difficultés débute ainsi à la gare de Boutigny, station du RER D , que tout randonneur parisien prend généralement à la gare de Lyon .

Une longue diagonale de 22 km

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx ICI

Le traceur de cet itinéraire jongle lui aussi dans un patchwork de plaines agricoles et de bosquets boisés , une espèce d’effilochage du bassin sédimentaire de la forêt, avec son même décor de sentiers serpentant aux milieux des pins et les blocs de granites.

Passage par le GR11 et ses attaques de buses !
Un décor rocheux entre les pins, type forêt de Fontainebleau

Le randonneur connaît toutefois de longs passages à découvert et il vaut mieux prévoir suffisamment d’eau les chaudes journée d’été, sachant que les cimetières de Boissis-le-cutté et Villeneuve-sur-Auvers peuvent toujours dépanner les moins prévoyant. A ce sujet, il faut cependant souligner que les municipalités ne garantissent pas toujours la qualité de l’eau… d’arrosage .

Arrivée à Etrechy par les rives de la Juine

Quelques rares panneaux mettent ainsi en garde les visiteurs de ces cimetières. Cette diagonale Sud/Est – Nord/ouest de 22 km environ conduit à la gare d’Etrechy, qui elle se trouve sur le RER C ! Bonne balade à la campagne avec une arrivée bucolique sur les bords de la Juine, bel affluent de l’Essonne.

Test chaussures de trail : 1000 km vers Compostelle sur la Via de la Plata

A l’occasion de mon périple sur la Voie de la Plata et le Camino Sanabrès (1007 km) en mars 2022, de Séville à St Jacques de Compostelle, j’ai pensé adopter des chaussures de trail. Le premier travail consista à trouver le bon modèle dans une multitude de marques auxquelles je ne connais ..rien ! Drop, méta, talon, amorti , j’ai découvert un jargon très spécialisé. Après des comparaisons techniques, la lecture des forums spécialisés , j’ai finalement acheté les Hoka Speedgoat 4 GTX . Avant de vous livrer le verdict, voici quelques généralités. Retrouvez le récit complet de La Via de la Plata 2022 (complet story of this camino : ICI/HERE Pourquoi la chaussure de trail séduit -elle alors le randonneur ? Trail, rando , la rencontre improbable de deux univers . D’un côté la foulée rapide et légère du runner hyper léger , de l’autre le pas lent du marcheur souvent lourdement chargé. D’un côté une technologie sophistiquée 3D répondant au cahier des charges de la course, De l’autre, la recherche de la solidité allégée et le confort . Et pourtant le randonneur peut tirer de la chaussure de trail de vrais avantages. Qu’apporte la géométrie trail ?? Elle n’ a qu’un impact limité sur l’équilibre du randonneur, excepté peut être la largeur du talon qui lui octroie un bonne stabilité latérale, notamment si celui-ci porte un sac d’une dizaine de kilos sur un terrain difficile. La marche à un rythme de 4 à 5 km ne nécessite pas le même enroulement du pied et l’incurvation de la semelle (drop et talon) du chaussure de running n’apporte rien de déterminant . Côté largeurs de pied, les fabricants trail proposent plus de choix que leurs homologues, ainsi que des modèles répondant aux types de déformation du pied ! (pronation ou supination) . Du (presque) sur-mesure. En revanche les fabricants spécialisés en rando déclinent sur des tiges basse, mid et haute.
Les fabricants spécialisés dans les chaussures de running proposent aujourd’hui une large déclinaison de modèles prenant en compte les divers aspects anatomiques du coureur .
Le poids- plume des trails. Incontestablement, la fabrication à base de mousses très légères, de densité variables et aux multiples épaisseurs, l’utilisation des tissus mesh permettent d’obtenir un gain de poids considérable par rapport aux chaussures de rando traditionnelle . Rappelons qu’à chaque pas le randonneur doit fournir plus d’efforts avec un chaussure lourde . Ce qui n’est pas négligeable sur de longues distances en terme de fatigue, avec toutes ses conséquences. Toutefois Il convient évidemment comparer ce qui est comparable, c ‘est à dire les poids entre une chaussure de trail un modèle de rando tige basse.
La respirabilité. l’utilisation de tissu mesh très léger sur la tige sur une chaussure de trail permet une meilleure évacuation de la transpiration . De plus, le séchage sera beaucoup plus rapide. Nous verrons que certains fabricant utilisent cependant la technologie Gore-Tex en trail qui nécessite plus d’entretien, alourdit la chaussure et bloque parfois l’eau quand elle y pénètre. Personnellement je l’ai adoptée depuis des années. Question : si cette membrane apportait cependant un peu plus de solidité ? A voir . L’amorti. Tous ceux (dont moi) qui encaissent mal les chocs vertébraux répétés vont être comblés en adoptant des chaussures de trail . Leur conception offre en effet un amorti bien supérieur à celui des chaussures de randonnée classiques, même équipées de semelles intérieures absorbantes de choc ou talonnettes de silicone (qui se baladent d’ailleurs allègrement ! )
La solidité. Nous y voilà ! Une chaussure de running a une vie de 1000 à 1200 km, sachant que la dégradation s’accélère rapidement après 400 km. Après une longue course, elle ne retrouve ses qualités qu’après 100 heures au repos ! Une bonne chaussure de rando possède une durée de vie 1500 à 2000 km en gardant des qualités acceptables. Beaucoup de randonneur, par soucis d’économie, prolonge l’usage de leurs chaussures en perdant drastiquement du confort, de l’adhérence et de la fiabilité. Tout dépend en fait de la conception, des terrains parcourus. Et dans les deux cas, l ‘asphalte tue l’une comme l’autre ! En montagne, avec 10 kg sur le dos, sur des caillasses, la chaussure de trail risque de souffrir d’avantage. Une bonne chaussure de rando, puzzle d’une centaine de pièces mais aux multiples coutures extérieures, risque à la longue également de mal vieillir. Côté sol, les semelles Vibram équipent désormais tout le spectre des chaussures outdoor et reste pour moi la référence absolue. Il en existe cependant d’excellentes développées par les fabricants. Mais.. ! A condition que la qualité fabrication suive. On ne compte plus le nombre décollages prématurés de semelle . Bilan : en utilisation tout-terrain pur et sur le long terme, une chaussure de rando devrait mieux vieillir. Le prix. La conception sophistiquée des chaussures de trail justifie leur prix . Il faut débourser de 120 à 200 € pour un modèle de bonne qualité . C’est exactement la même fourchette pour une chaussure de rando. Les frileux devront toutefois investir dans un modèle d’hiver plus chaud, généralement plus montant. TEST HOKA SPEEDGOAT 4 GTX . Conditions du test : 1000 km sur la Via de la Plata , 44 jours, sentiers majoritairement sableux , secs et sur asphalte. Quatre jours de pluie fine., une température matinale de mars à mai 2022 entre 3°c et 10°c en Andalousie et Extrémadura , jusqu’à 26°C en Galice. Chaussettes Monnet mixte Mérinos+synthétique. Pré- usage en France : environ 250 km. Utilisation de semelles orthopédiques un peu « fatiguées ») . (Mon podologue n’a toutefois pas souhaité les changer avant mon départ) Achat octobre 2021 : 150€ sur le site Snowleader. Taille 11 US
La Hoka Speedgoat 4 GTX , un modèle « made in USA » qui s’est révélé bien adapté à la rando longue distance
Premier essai, premières sensations . La Hoka Speedgoat GTX est dotée d’une semelle monobloc qui enserre la tige, donc aucune couture apparente. La semelle MegagGrip Vibram comporte des crampons de 5 mm. La tige adopte donc la technologie Gore-Tex, ce qui lui donne un aspect un peu raide. J’ai glissé mes semelles orthopédiques sans problème. La taille choisie (+1 pointure 11 US – 45 ) était la bonne et j’ai senti un confort immédiat, pas de point génant, largeur du pied idéale. Les premiers kilomètres sans charge . Le super amorti de la Hoka Speedgoat GTX donne d’abord l’impression de marcher sur des ressors, celle de s’enfoncer un peu à chaque pas. Puis j’ai apprécié rapidement le confort ce véritable système anti-choc. La chaussure étant large , il m’a fallut resserrer le laçage , un système classique très efficace. La qualité des lacets permet même se passer du double noeuds. Marche sur de très longues distances, (680 km Via de la Plata) terrains vallonnés, sentiers gravillons et secs : la chaussure est vraiment très confortable. Vu la température glaciale le matin, pas de problème d’échauffement ! La tige basse laisse régulièrement entrer des gravillons. La doublure Gore-Tex a été très efficace lors de passage de zones humides et les rares passages en herbes hauts. En revanche, parfois lors des nombreux kilomètres sur l’asphalte , la chaussure a manqué un peu de respiration.
Des sols très variés sur la Via de la Plata qui ont mis à rude épreuve physique et .. chaussures !
Influence de la marche chargée à 10 kg : le poids du sac influa évidemment sur ma stabilité latérale sur des passages avec dévers. La chaussure encaisse bien la pression supplémentaire. L’usage des bâtons de marche compensa bien ici les légères pertes d’équilibre. Les marcheurs aux chevilles fragiles devront également prendre en compte ce comportement , sachant que le chaussant est un peu plus haut à cause de la semelle plus épaisse. La charge supplémentaire de 10 kg a probablement à moins d’effets en terme de tassement des mousses que la pratique de la course avec ses foulées . Toutefois, l’enchaînement des étapes comme sur la Plata, ne laisse aucun répit à la chaussure de trail pour reprendre ses qualités initiales. Comportement sur terrain plus exigeant ( Camino Sanabrès – 320 km) Les Hoka Speedgoat GTX commençait alors perdre un peu d’accroche après un millier de kilomètres à cause de l’usure des crampons. (je reviendrais sur l’usure globale) – Changement de topologie sur le Camino Sanabrès qui toutefois présente peu de passages très caillouteux. La chaussure s’est montré d’un comportement très rassurant à ces occasions, avec encore une fois la nécessité d’un serrage renforcé Comportement par temps de pluie . j’ai été gâté sur ce chemin avec seulement 3 à 4 jours de pluie, genre crachin . Cela dit , j’ai dû toutefois les faire sécher le soir avec du papier journal une nuit lors d’une étape particulièrement arrosée et très froide. L’opération a très bien fonctionné, elles étaient sèches le lendemain matin. L’utilisation de semelles orthopédiques. Il n’y a aucune contre-indication à remplacer les semelles intérieures des trails par ses orthopédiques. On y perd certes un peu d’amorti mais qui se compense largement par la conception du modèle très absorbante des chocs.
Usure naturelle après 1300 km . La semelle monocoque a bien résisté à l’abrasion des chemins de gravillons et asphalte.
la partie tige est intacte. La pliure du pied n’a pas causé de déchirement sur la partie supérieure.
L’usure générale après 1300 km
  1. la semelle Vibram a bien tenu la distance même si elle présente des signes d’usure prononcés. (C’était à vrai dire ma réelle crainte au départ de Séville) . Les crampons de 5 mm ont évidemment dégagé sur les zones de contacts les plus sollicités. La semelle monobloc a été entamée au niveau des talons . J’ai été vraiment rassuré qu’elle ne se soit pas du tout désolidarisée de la tige , pas le moindre décollement . La pliure au niveau des orteils n’a pas provoqué non plus de déchirure après tant de kilomètres. Les lacets n’ont subit aucune usure. Côté intérieure, je note juste quelques points d’usure du tissu au niveau du talon.
BILAN GENERAL Je suis vraiment satisfait de mon choix . La Hoka Speedgoat GTX m’a donné entière satisfaction et a tenu le choc lors de ce programme ambitieux, avec de nombreux kilomètres sur asphalte, des passages humides. Je n’ai pas eu besoin de longues sorties pour les roder, le confort fut immédiat. La technologie GTX a été efficace dans les limites habituelles . La conception trail apporte un gain de poids très appréciable sur ce type de parcours aux étapes souvent très longues mais peu exigeant en matière de protection du pied et d’accroche. Avec l’enchaînement des étapes sur 44 jours , la Hoka a du perdre en qualité, même si je ne l’ai que très peu ressenti . Enfin le rapport qualité/prix est très bon . Profitez des périodes de soldes pour les acheter jusqu’à 40% moins cher sur le Net. Conquis et rassuré, j’ai racheté le même modèle pour mes prochains périples. Cela dit rien ne remplace l’essayage d’une chaussure de rando ou de trail . La Hoka Speedgoat GTX convient à mon anatomie, à ma robustesse de cheville . Un vrai coup de chance. N’hésitez pas à comparer les marques et les modèles. Quel qu’il soit, le confort doit être immédiat. La plupart des chaussures outdoor italiennes sont notamment plus étroites (Scarpa, La Sportiva, Lange en ski.. etc..) . Les chaussures de trails sont promis à un bel avenir en rando. Décathlon se penche d’ailleurs très très sérieusement sur le sujet ! .

Idée rando d’été : de Verneuil/S. à Herblay, 22 km, de gare à gare

Une belle balade estivale de 22 km en bord de Seine

Téléchargez la trace de cette randonnée ICI

Les beaux jours et la chaleur arrivent, c’est le moment d’aller chercher un peu de fraîcheur aux bords des rivières . Voici une belle balade par les boucles de la Seine entre les gares de Verneuil/Seine et Herblay. Cet itinéraire qui passe par le fameux GR2 vous fera découvrir les bourgs accueillant de Triel , Chanteloup-les-vignes avant de rejoindre Conflans-St Honorine.

Vue surprenante au loin sur le quartier de la Défense et la Tour Eiffel.
Le joli village de Triel

La capitale de la batellerie francilienne sera l’occasion d’une visite à part . Durant cette randonnée vous pouvez également aller pique-niquer sur l’île Nancy ou vous restaurer à la guinguette de l’île . Le bac est gratuit pour cette mini traversée proposée uniquement l’été. De nombreuses expositions y sont régulièrement organisées.

L’église de Chanteloup-aux-Vignes
Tracé du GR2
Le petit bac sur la Seine pour rejoindre l’ïle Nancy

Le parcours de termine par une longue remontée de la berge vers Herblay, un espace verdoyant désormais totalement réhabilité pour les promeneurs à pied ou à vélo. Il existe de nombreux bistrots et glaciers pour vous rafraîchir . Ce parcours de 23 km ne présente pas de difficultés, juste une belle grimpette sur le coteau dominant la Seine au départ.

Verneuil/Seine et Herblay sont accessibles depuis la Gare St Lazare. (ligneJ – Pass Navigo ou Mobilis 4€ pour la journée)

Enquête Compostelle 2021 : un portrait-robot du pèlerin surprenant

L’ Agence Française des Chemins de Compostelle vient de publier sa dernière enquête. Elle s’appuie sur un échantillon de 4000 marcheurs ayant emprunté les voies jacquaires en France en 2019, 2020 et 2021 . Voici les principales tendances, de quoi tracer un portrait-robot du pèlerin type et gommer au passage quelques idées reçues.

Le pèlerin est une pèlerine !

Ne vous en déplaise messieurs mais les femmes sont plus présentes sur les Chemins de Compostelle avec un taux de représentation de 54% . On peut expliquer cette tendance par la recherche de sécurité sur des sentiers bien balisés et très fréquentés. C’est un peu moins que la fréquentation des clubs de rando ou les femmes représentent jusqu’à 80% des membres.

Pèlerin, gros marcheur, sénior solitaire, cadre ou journaliste !!
54% des pratiquants des chemins sont des femmes

Le pèlerin est un cadre , gros marcheur, sénior et solitaire.

Hommes et femmes confondus, la moyenne d’âge sur les sentiers reflète en gros la tendance de la randonnée en France. Plus de 62% a plus de 56 ans. On peut penser qu’il s’agit une large part de retraités. Et bien non ! l’enquête montre qu’il s’agit de 44% d’actifs et 44% de retraités. Dans tous les cas, le pèlerin est un solitaire : 50% . Mais es résultats varient suivant les voies. Enfin 37% sont des cadres contre 2% chez les ouvriers.

Le pèlerin marche régulièrement et longtemps.

Les Chemins de Compostelle sont physiquement exigeant. Rien de surprenant d’y croiser des marcheurs bien entraînés (1 sur 2) mais pas que .. . En effet la majorité d’entre eux chemine en moyenne 26 km au quotidien durant 28 jours en moyenne.

Des disparités importantes entre la péninsule ibérique et la France, avec notamment une clientèle plus internationale
La Voie du Puy loin devant en terme de fréquentation devant Arles et Vézelay

Le pèlerin, un français en France … mais pas sur les chemins ibériques

Sur les chemins de l’Hexagone 88% de ces marcheurs habitent en France, les étrangers venant principalement d’Europe . Pour ces derniers la France n’est qu’un point de départ. Car l’Espagne et le Portugal accueille une très large majorité de marcheurs internationaux.

le pèlerin omniprésent au départ Puy-en-Velay

En France, 4 cheminants sur 10 partent du Puy-en-Velay et 6 sur 10 ont déjà emprunté cette voie (par étapes ou sur sa totalité) . La Voie d’Arles arrive en seconde devant celle de Vézelay. Et il n’est pas rare de compter plus de 150 départs par jour à la cathédrale en haute saison . Sachant que le Chemin de Stevenson et autres GR de pays viennent encore gonfler la fréquentation de la ville.

Le pèlerin n’est pas le roi de l’improvisation !

Et oui , 54% de ces marcheurs ont effectué une réservation partielle ou totale de leur hébergement avant leur départ. Et 4 répondants sur 10 déclarent avoir « tout organisé » avant le départ. Cela dit , sur la voie du Puy c’est une sage précaution. On peut expliquer aussi cette attitude par le stress du premier chemin, un grand saut dans l’inconnu pour beaucoup. On y part surchargé physiquement et mentalement, en blindant la logistique, et sur-informé par les forums et réseaux sociaux.

En bon pèlerin français, difficile pour lui de ne pas râler !

Malgré qu’il ne débourse que 1154€ pour sa longue balade, contre 1700 € pour son homologue européen, notre pèlerin trouve que les prix sont parfois trop élevés, qu’il n’y a pas assez d’hébergements, de commerces, de points d’eau, de restauration rapide, de connexion internet .

Le pèlerin en sort satisfait , le primo-pratiquant encore plus !

En conclusion, 68% de nos marcheurs est plutôt très satisfait de son expérience sur les chemins de Compostelle. Ils attribuent une note de 3,7/4 au ressenti global . Quant au primo-pratiquant, il frôle le Nirvana ! 90% d’entre eux ne rêve que de repartir !

Les falaises de la Seine sur le GR2, de Vernon à Mantes-la-Jolie.

Il y a des millénaires la Seine a creusé son lit dans l’empilement sédimentaire du bassin parisien. Aujourd’hui une vallée verdoyante borde son cours le long de ses méandres, ses bras et sa multitudes d’îles. Elle y a gravé des falaises de craie étincelantes d’où émerge une forêt généreuse. C’est ci, à la limite du Parc Naturel Régional du Vexin français que passe le GR2. Long de 260 km, ce chemin débute à Montereau Fault-Yonne,(Seine-et-Marne) traverse la capitale et se termine à Vernon (Eure) .

Un beau parcours de 37 km très sinueux, aux nombreuses bosses. A réaliser en un ou deux jours avec une nuit à La Roche-Guyon.

Afin d’en découvrir la beauté, je vous propose de parcourir ce GR depuis cette gare jusqu’à celle de Mantes-la-Jolie. Cet itinéraire d’environ 38 km peut se faire en un ou deux jours suivant vos envies et votre forme. Pour ma part, je l’ai réalisé en deux étapes avec mes camarades Amigo Rando en passant une nuit dans le gîte de groupes à La Roche-Guyon (capacité 12 personnes – 22€/personnes). Cette première étape de 15 km passe par la très célèbre (voire trop) ville de Giverny fréquentée par des centaines de touristes venant visiter l’univers du peintre impressionniste Claude Monnet qui vécu là jusqu’en 1926 .

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx ICI

Des pentes parfois très raides sur ce parcours bosselé à souhait.
Une première étape de 15 km au départ de Vernon.

Une fois passé cette sympathique foule, vous retrouvez le calme du GR2 pour marcher à flanc de coteau vers St Geneviève-les-Gasny avant de descendre à Gommecourt. Après une longue montée sur la route, le village de La Roche-Guyon émerge en contre-bas dans son écrin boisé. Le donjon médiéval domine domine le fameux château propriété des La Rochefoucauld, un édifice magnifique, classé, adossé à la falaise crayeuse creusée ici et là de cavités troglodytes . La Roche-Guyon mérite bien son classement aux « Plus beaux villages de France » et il fait bon y prendre un verre le soir en terrasse après cette première partie très agréable. Dès le lendemain belle grimpette matinale ! Le GR2 comporte en effet une rampe assez raide, un escalier qui vous fera prendre 100 m de dénivelé d’un coup !

La Roche-Guyon, une perle de ces boucles de la Seine à la limite du Vexin français.
Des cafés troglodytes creusés dans la falaise crayeuse.

Puis la pente devient plus douce et de bosse en bosse le chemin mène ensuite à Vétheuil presque sur la ligne de crête. De ce panorama, vous avez une jolie vue sur la base de loisirs de Moisson-Lavacourt (j’y ai tiré mes premiers bords en planche à voile il y a .. ouh la ! ). Nouvelle descente, après une halte au café du club hippique de St Martin-La Garenne, vous poursuivrez ainsi le GR2 surplombant l’anse de la Seine avant de plonger vers Follainville-Dennemont .

La très belle église de Vétheuil .
le château de la Roche-Guyon, demeure des La Rochefoucauld .

Arrivé presque à la berge et au petit port de plaisance de Mantes, le chemin suit une succession d’escaliers sur le sentier du Renard. Mais vous n’êtes pas encore rendu à la gare ! Il vous faut d’abord traverser le pont ou emprunter la nouvelle passerelle piétonne qui vous conduira devant la splendide Collégiale Notre-Dame dont l’architecture reprend de nombreux aspects de celle de Paris, puis marcher encore dans le centre ville jusqu’à la gare de Mantes-La-Jolie, plus éloignée mais mieux desservie que celle de Mantes-Station . Vous savez tout , il ne vous reste plus qu’à organiser ce périple sur un w.e en prenant soin de réserver votre hébergement dans cette région très touristique entre Ile-de France et Normandie.

La cartographie très abondante de la région

la coupe géologique du bassin parisien
Une rando longue au bon dénivelé .

Orientation, hébergement, réseau : ma Via de la Plata en mode geek !

Evolution, révolution pour les progressistes ou décadence pour les conservateurs, le numérique bouleverse ou améliore, au choix depuis quelques années la vie du pèlerin sur les chemin de Compostelle , avec des outils essentiellement utilisés sur smartphone. Etant moi-même un geek assumé, j’ai pu observé que le phénomène s’était encore accentué lors de mon camino de la Via de la Plata réalisé de mars à mai 2022 .

Constat : beaucoup de marcheurs ont même renoncé à emporter un guide papier pour soit disant s’alléger..mais en transportant une batterie supplémentaire voire des panneaux solaires car les GPS sont gourmands en énergie . On n’en est pas à un paradoxe près ! Toutefois, force est de constater que l’usage des solutions numériques n’est pas totalement clair pour tous . Il subsiste encore quelques confusions et des choix totalement inadaptés comme nous allons le voir .

Résumons, sur la Via de la Plata les pèlerins ont quatre préoccupations majeures : s’orienter lorsque le balisage devient approximatif, se positionner dans ce no man ‘s land un rien stressant , trouver un hébergement ouvert, au tarif abordable (pour la plupart d’entre nous ), en parcourant des distances acceptables, puis communiquer entre eux . Tous disposent désormais d’applications et de sites internet « spécial camino » utilisables en ou hors connexion 4G . Bonne nouvelle : formidable tout est gratuit ! Normal puisqu’il s’agit d’une offre commerciale financée principalement par les hébergeurs du chemin. D’autre part certaines App de navigation sont dites collaboratives, en Open source (Mapy, OsMap..). Nous regarderons cela de plus près .

RESTER CONNECTé

Geek marcheur, ton destin est lié à la qualité du réseau ….et aux contraintes de ton abonnement.

Durant ce long voyage sur la Via de la Plata, j’ai apprécié la bonne couverture du réseau 4G espagnol , même sur les zones les plus désertiques. Côté budget, depuis la mise en place du « roaming » au niveau européen, nous pouvons utiliser notre forfait national sans surtaxe sur les réseaux des opérateurs locaux (Movistar, Vodafone, Orange, Yoigo). Cela permet donc aux européens de s’affranchir des connexions WiFi, enfin en principe . Les voyageurs étrangers hors UE , ont accès à des cartes prépayées (1 à 4 GB pour 9 à 15€/mois). La recharge de ces cartes se fait facilement dans les nombreux bureaux Tabaccos. Quant au Wi-Fi des albergues, pensions et hôtels, il n’est pas meilleur ni pire qu’en France. Ce sont souvent des réseaux non sécurisés, le débit est médiocre. Vous n’accéderez donc pas à certains sites protégés. J’ai du à quelques reprises re-booter des box exotiques et capricieuses…sans trop de succès ! Globalement et avec un peu de patience, le geek s’en sortira.

RESTER GROUPé

FaceBook , Instagram, WhatsApp, l’ère Compostelle des mini-réseaux

Via de la Plata Pilgrims Group : la référence sur FaceBook . Cette page est gérée et modérée par Gerald Kelly depuis des années. Ce spécialiste de la Plata est aussi l’auteur de guides papier depuis près de dix ans et de versions numériques au format PDF ou adaptées aux smartphone et enfin d’une App : VIA . Une page FB + un site (https://www.viadelaplataguide.net) + Une App + des fichiers téléchargeables contre petite contribution, il s’git donc d’une offre complète très ciblée, diversifiée. C’est surtout un concept sérieux basé sur l’expérience de l’administrateur et sa réactivité. Il offre ici notamment des mises à jour régulières des hébergements . Cette page accueille bien sûr les publications de pèlerins sur le chemin ou l’ayant parcouru. Ces derniers sont donc en mesure de fournir des infos en temps réel ou presque, toujours sous la validation et la modération de l’administrateur. Je suis donc resté attentif à ces publications, lors de ma préparation logistique et sur mon chemin. Il existe bien sûr d’autres pages sur Compostelle, généralistes ou spécialisées par chemin.

WhatsApp : vous n’y échapperez pas !

Lorsque les relations se constituent sur le chemin, le pèlerin connecté rejoint ou forme désormais un groupe WhatsApp , on n’y échappe pas ! Il est vrai que l’App permet de constituer un réseau privé et international très performant pour communiquer les dernières infos, partager les selfies et autres photos. C’est aussi le moyen de rester en contact une fois le groupe éparpillé. PS. Je rappelle que WhatsApp compresse sauvagement vos photos pour accélérer le débit ..et la mise en ligne sur FaceBook ! il existe cependant des solutions pour transmettre ou sauvegarder vos photos sans les dégrader. Enfin, ne soyez pas étonné si certains hospitaleros vous intègre à leur groupe. ils sont souvent eux-mêmes interconnectés !

LES APPLICATIONS pour smartphone. Navigation, hébergements : profusion et confusion des genres.

Google Maps : qu’on se le dise une fois pour toutes , NON ce n’est une App adaptée à la randonnée. Il s’agit d’un outil commercial, un algorithme, basé sur les recherches des internautes en matière d’hôtels restaurants, spectacles, supermarchés etc.. J’ai donc utilisé Google Maps pour trouver ce type d’établissements dans les villes et villages. (voir ci-après les solutions)

Google Traduction : j’avoue être assez bluffé par l’outil. Il est capable de vous traduire le menu d’un simple scan ! Hyper pratique. Je suis même tomber sur une hospitalera ultra branchée qui conversa en traduction instantanée. Dérive délirante, mieux vaut apprendre les rudiments d’espagnol et favoriser un vrai dialogue dans ce beau pays où l’on ne parle que très peu l’anglais ou le français.

Buen Camino : Non, cette application n’est pas destinée à vous orienter sur le chemin ! Elle est dédiée aux hébergements en priorité. Cela dit la petite cartographie proposée et la boussole m’ont été utiles pour trouver quelques fois les albergues ou hôtels . Hélas, Buen Camino gère peu pour le moment la Via de la Plata . Il faut arriver sur le camino Sanabrès pour avoir plus d’offres qui hélas ne sont pas toujours mises à jour. Mais l’outil est plutôt bien fait et agréable.

Wise et Ninja . Voici deux autres applications que j’ai utilisées occasionnellement sur la Via de la Plata . Elles reprennent sensiblement les mêmes sites . WISE est judicieusement partitionné en régions, d’une belle ergonomie et d’une cartographie OpenStreet Map pratique . Elle accepte également les commentaires. Dommage que les numéros de téléphone ne soient pas au format international pour un appel direct. NINJA une App bien pratique pour calculer ses étapes et visualiser le camino sur le terrain (OSM aussi )

Booking.com La plate-forme hôtelière est aujourd’hui largement relayée par la plupart des App spécialisées Compostelle qui proposent un lien direct. Je l’ai utilisé plusieurs fois pour éviter des appels de réservation sachant que je bénéficie d’un programme de fidélité avantageux . Cependant je vous engage à contacter directement les hébergements. Les tarifs sont souvent plus attractifs et négociables.

RESTER SUR LE CHEMIN

L’usage du GPS occupe une place de choix sur la Via de la Plata. Une fois que l’on a banni Google Maps, il convient d’adopter de vraies App de randonnée, avec des fonds de cartes bien détaillés (1:25.000e ) et surtout qui proposent le tracé du camino. Gerald Kelly propose le téléchargement des traces au format KML (un format Garmin à l’origine) . Le format .Gpx est désormais très utilisé. Il est toutefois facile de convertir les KML en .Gpx à l’aide de petits utilitaires . Ces traces sont à utiliser sur des App de rando ((Sitytrail, ViewRanger, Iphigénie..) . J’ai testé aussi mon App préférée en France : Iphigénie. Hélas, l’obligation de télécharger les traces en wifi au format .Gpx rend l’usage plus fastidieux. Et puis la cartographie IGN Espagne est beaucoup moins lisible que son homologue française. Les pèlerins étrangers disposent d’autres Applications. J’ai donc privilégié une App formidable : Mapy.Cz . La cartographie OSM est ici largement suffisante, elle fonctionne hors connexion grâce au téléchargement des fonds de cartes espagnoles par région et gros avantage, le tracé de de la Via de la Plata est déjà présent.

Pour en savoir plus sur la cartographie numérique, voici le lien vers une petite étude que j’ai réalisée : https://trekkingzone.fr/2021/06/05/geoportail-openstreetmap-google-quel-bon-fond-de-carte-numerique-en-randonnee/

Gronze.com . le site espagnol de référence sur Compostelle

J’ai rencontré plusieurs pèlerins qui n’utilisaient que ce site pour planifier leurs étapes et réserver les hébergements . Ses atouts : la parfaite mise à jour de ces derniers, une version française, une géolocalisation suffisante (via Google Earth) , un défilement des étapes horizontal très pratique , une illustration très claire . Il comporte de réelles informations culturelles et propose une vision globale sur tous les chemins de Compostelle en Espagne. L’ouverture d’un compte permet de télécharger les itinéraires et les utiliser hors connexion . Je l’ai maintes fois utilisé pour retracer des étapes, m’informer de la fermeture d’albergues .

DOWNLOAD ENGLISH PDF Version

La Via de la Plata .. un poquito más …

Parmi les Chemins de Compostelle que j’ai eu la chance de parcourir depuis 2014 , la Via de la Plata suivie du Camino Sanabrès reste une expérience exceptionnelle. Un camino qui exige un peu plus de résistance, d’improvisation, de temps, d’équilibre face à la solitude, bref.. un poquito más .. comme disent nos voisins espagnols. Récit de cette belle balade de 44 jours sur près de 1000 km, une remontée du sud au nord de cette ancienne voie romaine, en traversant l’Andalousie, l’Extremadura, Castille y Léon puis la Galice.

Via de la Plata .. départ de nuit

Mon équipement pour ce 6e camino de Compostelle .

Nouveautés : Chaussures Hoka Speedgoat 4 GTX

pantalon pluie running

poids total : 8 kg