Archives du mot-clé rando IDF

Spécial Vexin : Les plus belles randos

Il ne suffit qu’une heure de train depuis la gare St Lazare à Paris pour arriver au Parc Naturel régional du Vexin et s’ouvrir un terrain de randonnée de 65.000 ha ! Cet immense territoire protégé depuis 1995 s’étend sur les départements du Val d’Oise au Nord sur les Yvelines au sud . Le PNR regroupe 99 communes où seulement 80.000 personnes y habitent !  C’est avant tout une terre agricole mais les amoureux de nature et passionnés d’histoire y trouveront un riche patrimoine culturel remontant au néolithique.

Voici une sélection de randonnées testées, documentées avec traces GPX , conseils pratiques et photos .

DE LA GARE DE MEULAN-HARDRICOURT À MANTES-LA-JOLIE – 22 KM

https://wp.me/p6NqC2-1NV

RANDO-DÉCOUVERTE DU VEXIN DEPUIS VAUX SUR SEINE

https://wp.me/p6NqC2-1r7

VEXIN EXPRESS, BIÈRES LOCALES ET VIE DE CHÂTEAU

https://wp.me/p6NqC2-1aw

DE MAGNY-EN-VEXIN À CHARS – 22 KM

https://wp.me/p6NqC2-Jt

RANDO DANS UN VEXIN COULEUR MANTES À L’EAU

https://wp.me/p6NqC2-6H

Idée rando Vexin : Gare de Meulan-Hardricourt à Mantes-la-Jolie – 22 km

Un itinéraire de 22 km avec un long passage en plaine

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx

https://www.visugpx.com/rtdpils8Lf.

Cette randonnée dans le Vexin sud vous fera découvrir une partie très agricole de ce parc naturel de 65.000 ha . Les champs s’étendent ici à perte de vue à l’horizon, un décors parfois un peu monotone strié des lignes à haute tension qui partent de la centrale de Porcheville. L’itinéraire relativement plat ne comporte pas de difficulté . Très à découvert, je vous conseillerais de l’effectuer par température clémente. L’hiver cette étendue peut être balayée par un vent d’ouest glacial en offrant très peu d’abri. En été , au besoin il est possible de trouver de l’eau au cimetière de Fontenay Saint-Père à 200 m de l’église . L’arrivée à Mantes-La-Jolie se fait en traversant la Seine. Une nouvelle passerelle double le pont et offre un joli point de vue sur l’ancien ouvrage . Si ce n’est déjà fait , ne manquez pas de visiter la splendide collégiale du XII et XIIIe siècle qui ressemble comme une soeur à celle de Notre-Dame.

La rando se mord la Queue-lez-Yvelines

La forêt de Rambouillet reste la grande rivale de celle de Fontainebleau, en terme d’itinéraires (77) de randonnée. Laissons un moment les jolies balades autour du château pour explorer la partie du Nord du domaine et plus précisément la forêt des 4 piliers avant de plonger plus au sud.

La forêt des 4 piliers, point de passage de cette belle randonnée de 24 km dans les Yvelines

L’itinéraire en boucle proposé part de la gare de Garancière-La Queue (ligne N SNCF -direction de Dreux en gare Montparnasse pour les parisiens). Il s’agit d’un très beau parcours de 24 km environ avec deux trois bosses offrant un dénivelé de plus de 300m+ au final. Les passages en sous-bois restent majoritaires et je vous conseillerais de réaliser cette randonnée en période sèche sachant que de nombreux petits cours d’eau rendent la zone très humide les jours de pluie.

la nature dans toute sa splendeur au mois de juillet .

Un patchwork flamboyant de bruyères et de fougères

En ce mois de juillet et par une journée très lumineuse, la nature nous gratifie d’un festival de couleurs. Les chênes se mêlent aux bouleaux et aux châtaigniers alors que les fougères d’un vert éclatant dominent les bruyères et autres fleurs de printemps. Sublime ! Les sentiers sablonneux typiques des forêts de pins rendent la rando confortable. Le chemin se devine parfois entre ces fougères qui frôlent par endroit les épaules ou se perd dans de longues allées. Rien d’étonnant à ce que l’on partage cet espace avec les cavaliers et les VTT , chacun y trouve son compte d’évasion. Vous y rencontrerez d’ailleurs de nombreux haras et clubs équestres dans les environs. Cette randonnée vous fera passer par le fameux GR22 , un magnifique sentier qui mène au Mont St Michel . Courage !

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx

https://www.visugpx.com/piuIBCf3mV

Idée rando : Samoreau d’une rive à l’ autre de la Seine

La Seine et Marne, le plus vaste des départements d’Ile-de-France, offre une infinité d’itinéraires de randonnée pour celui qui sait en composer le tracé. Les mois d’été le randonneur rêve de sous-bois lui procurant l’ombre aux heures de canicule, il cherche à cheminer le long de l’eau pour y trouver la fraîcheur, pour s’y reposer .

Une très belle randonnée de part et d’autre de la Seine avec au final une petite incursion en forêt de Fontainebleau toute proche.

Il lui suffit de prendre une carte au 1:25.000e , d’identifier quelques GR et PR, décrypter les reliefs et la nature de l’environnement, choisir les gares pour y accéder et puis laisser parler ses envies en évaluant le nombre de kilomètres sur cette carte papier de l’ IGN ou sur un logiciel comme Openrunner. En amont de Paris la Seine déroule ainsi sont cour dans des univers très variés que découvrent les marcheurs le long de ses rives, soit près des flots , soit sur les hauteurs de ses coteaux. Nous sommes descendus cette fois à la gare de Samoreau pour commencer une boucle sur la rive droite du fleuve afin d’atteindre le petit port de Champagne-sur-Seine. Le sentier serpente dans une étroite bande boisée puis après une dizaine de kilomètres, débouche sur le pont de Champagne-en-Seine, l’occasion de passer rive gauche pour remonter

Une randonnée en boucle depuis Samoreau conjuguant les passages en forêt et la traversée de Champagne sur Seine et Thomery

vers Thomery. Le chemin se veut plus roulant, nous partageons dorénavant l’espace avec les cyclistes et les poussettes. Nous pénétrons discrètement dans les propriétés privées en ouvrant et refermant les portes du passage laissé libre aux mariniers. La chaleur de juillet invite les plus audacieux des riverains à la baignade ou à hisser les voiles des dériveurs légers et se mettre au stand up paddle. Il est plus de 13h, les BBQ émoussent notre appétit, le pique-nique ne peut plus attendre !

La chaleur de juillet entre baignades sauvages et bronzette. Une belle passerelle aide à franchir le Loing.

Quoi de plus agréable que de poser son sac sur l’herbe et regarder passer péniches et bateaux de plaisance en balade avant de s’offrir une sieste réparatrice pour repartir vers le nord. Depuis quelques années, les communes et la région Ile-de-France poursuivent l’aménagement des bords de Seine aussi bien en amont qu’en aval de la capitale. Les chantiers navals de jadis ont fait place aux aires de repos et de jeux, les usines désaffectées s’égrainent au fils des anses , des ponts de béton propulsent des autoroutes et les lignes RER d’une rive à l’autre. Changement d’époque, autre ambiance.

Le sentier de randonnée s’y glisse dessous et se colore de fresques et de tags sur les piles des géants. Nous traversons Thomery, une jolie petite ville dont les vignes et le bon vin ravissaient naguère les meilleures tables parisiennes.

La maison de Stéphane Mallarmé à Vulaibes-sur-Seine

Un circuit spécial fait le tour de ce vignoble vertical accroché aux murs d’un dédale de ruelles. Avant de rejoindre la gare de Samoreau et revenir vers Paris, selon l’heure, ne manquez pas d’aller visiter la maison où vécut le poète Stéphane Mallarmé à Vulaines-sur-Seine.

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx :

https://www.visugpx.com/CChQZ1NmWi

17 km de bonheur PAR Les SENTIERS DENECOURT-COLINET DE FONTAINEBLEAU

Après la ruée post-confinement du mois de mai , la forêt de Fontainebleau avait retrouvé sa sérénité en ce dimanche de juin. Vtt et marcheurs se croisaient en se saluant sur les chemins sablonneux, presque heureux de cohabiter après des semaines d’isolement. Toutefois l’heure des randos de groupe n’ayant pas encore sonné, les associations laissaient aux guides toute liberté et initiatives pour organiser des sorties à leur gré dans la limite des dix personnes autorisées. Paradoxalement cette contrainte redonna une dimension conviviale à mes nouvelles escapades et je redécouvrais le plaisir de marcher en silence à 6 ou 8 même s’il m’eut été facile de partir seul sur ces sentiers si familiers .

Un itinéraire de 17 km très varié pour un dénivelé raisonnable

Une bonne carte, ma chère App Iphigénie, le pass Navigo en poche auraient suffit à sortir de Paris pour m’immerger dans ce domaine . Alors ce matin là, guidée par Christian et Corinne une poignée de randonneurs déconfinés retrouvait ses repères, ses passages. Pour certains d’entre nous, cette randonnée fut une reprise tels Nelly et Rova alors que Virginie continuait sa remise en forme débutée deux semaines auparavant sur le circuit des 25 bosses pour affronter la partie sud du GR20 en juillet .

Le plaisir retrouvé de randonner entre amis entre les blocs de ce sublime domaine
Un ses beaux panoramas des sentiers Denecourt-Colinet.

Ce sevrage de balades en pleine nature a eu pour effet de réveiller , de me révéler à nouveau la beauté de Fontainebleau après des années de randonnées répétitives dans un périmètres devenu étriqué au fil du temps. C’était soudain si bon de retrouver les racines, de se faufiler entre les blocs même si j’y laissais bêtement un peu de mon cuir chevelu lors d’un passage bas de plafond ! Et puis je ressentais à nouveau les lois de la gravitation, ce dénivelé qui vous torture les premiers instants , vous asphyxie avant que le coeur n’ait eu le temps de monter dans les tours. D’autant que l’itinéraire tracé par Christian empruntait quelques uns des célèbres Sentiers Denecourt-Colinet balisés de bleu.

Entre PR, GR, TMF et Sentiers Denécourt-Colinet, Christian a laissé parfois cours à l’improvisation sous le regard amusé de Virginie et Nelly
Les vestiges à découvrir tout au long de la vingtaines de sentiers Denecourt .

Ces pionniers de la rando moderne ont pris un malin plaisir à contourner ou franchir les obstacles de calcaire en une suite de montagnes russes, alternant les passages étroits entre les fougères , à suivre les lignes de crètes pour offrir aux randonneurs les plus beaux panoramas, de redescendre entre les sentiers creux et les failles où se cache parfois une des fontaines qu’ils avaient pris soin de construire pour apporter à l’époque un moment de fraîcheur aux promeneurs. Le parcours proposé n’est pas très long, seulement 17 km jusqu’à la gare de Bois-Le-Roi depuis celle d’Avon . D’ailleurs comme le souligne Christian, les randonnées de Fontainebleau dépassent rarement les 25 km pour ceux qui choisissent d’y intégrer un dénivelé conséquent . Sachant aussi qu’il faut compter les temps de trajets aller et retour en train depuis Paris . Bon retour à vous aussi à Fontainebleau, un cocktail de saveurs à servir on the rocks !

Téléchargez la trace de cette randonnée sur votre smartphone et suivez la aves les App Iphigénie, Visorando… https://www.visugpx.com/1xY5O1UlvV

Boucle St Martin du Tertre-Foret de Carnelle

Pour les partisans du déconfinement de proximité , voici une randonnée d’une vingtaine de kilomètres à 30 mn de train de la Gare du Nord de Paris. Cet itinéraire part de celle de Belloy-en-France, le petit bourg qui jouxte Saint-Martin du Tertre dans le département du Val d’Oise. (Ps. vérifiez bien la fréquence des trains et les travaux de cette ligne qui mène à Luzarches.) Cette randonnée conjugue les passages dans les vastes plaines agricoles de la région et une large incursion par la jolie forêt de Carnelle en empruntant notamment une portion du GR1. C’est une balade idéale pour une reprise toute en douceur car elle ne présente pas difficultés en terme de dénivelé. Attention, Il existe plusieurs carrières dans cette zone, il est possible que leur accès initialement autorisés ne le soient plus et vous obligent à faire un large détour.

Téléchargez la trace de cette randonnée zau format . gpx https://www.visugpx.com/yMmAJ1GYRw

IDEE Rando tonique à fontainebleau 18 km -de gare à gare

Cette randonnée assez courte cache bien son jeu. Ce très beau parcours de seulement 18 km emprunte en effet les fameux sentiers Denecourt et cumule un joli dénivelé au final avec l’alternance de passages en terrain plat. C’est aussi de profiter de l’hiver pour découvrir des panoramas moins connus cachés par la végétation estivale. Cette randonnée se faufile entre les fameux rochers de gré qui peuvent être très glissant les jours pluvieux.

Cette randonnée de 18 km débute à l’arrêt en forêt de Fontainebleau et se termine à la gare d’Avon. Côté train, il y a un TER toutes les demi-heures environs jusqu’à la gare de Lyon.

Téléchargez la trace de cette randonnée :

https://www.visugpx.com/xazEXLLqr6

les marcheurs à Fontainebleau

FAC buissonnierE ET trek parigot un jour de revoLTE ordinaire

Inscrit cette année en auditeur libre à la faculté de Tolbiac en Licence 1 Géographie, je n’ai sans doute pas fait le meilleur choix. Le campus est depuis des mois au bord de la révolution. résultat : annulation de cours et pérégrination au long cours !

Ce matin-là, le site Pierre-Mendès-France de Paris I est une fois encore en effervescence, les étudiants restant très mobilisés contre la réforme des retraites. L’amphi  H vide, le cours magistral annulé vu la fréquentation insuffisante doit être remis à plus tard dixit le prof présent à l’entrée. Température fraiche, soleil radieux, je décide de rejoindre ma banlieue à pied depuis la station Olympiades de la Ligne 14. A  Paris, certains marchent les jours de grève des transports, moi, je marche les jours de blocage de fac. Chacun son truc.

Auditeur à la fac de Tolbiac, c’est déjà une aventure !!

Cette longue diagonale buissonnière qui se dessine est en fait providentielle et tombe à pic pour parfaire ma préparation physique en vue de mon 6e  chemin de Compostelle, entre Séville et Saint- Jacques, prévu en avril prochain. Parmi les autres prétextes plus ou moins crédibles, j‘ajouterai que « tout bon géographe doit être présent sur le terrain pour en cerner les aspects cachés ou les moins évidents à déchiffrer », selon notre prof de topologie

Parcourir Paris à pied est de loin la meilleure façon de découvrir voire redécouvrir la capitale. La densité de rues est telle que l’on peut varier les itinéraires à l’infini avec la certitude de trouver une boulangerie, un supermarché ou un bistrot à l’heure du déjeuner ou du goûter. D’ailleurs, je ne suis pas certain que ce genre de rando intramuros ait le moindre intérêt pour votre régime minceur !

Manufacture Nationale

Faible consolation, ce triste spectacle n’est pas offert aux regards des touristes chinois qui ont déserté la capitale, bloqués dans l’Empire du Milieu par une épidémie de coronavirus carabinée. (Nos visiteurs asiatiques représentant désormais 11% des touristes, le manque à gagner va plomber gravement les recettes. Aïe.)

Lors de cette remontée vers Bois-Colombes, j’opte pour une trajectoire nord-ouest pifométrique. L’essentiel étant de profiter de la balade sans rallonger l’itinéraire outre mesure. Celui-ci passe d’abord par la place d’Italie (XIIIe). Elle fait partie des cinq places relookées à l’initiative de madame Hidalgo, la maire locale dont l’objectif est de rendre la ville aux piétons. Cela ne va pas sans quelques désagréments pour les malheureux automobilistes coincés dans de nouveaux bouchons nés de ces chamboulements. Puis je bifurque par l’avenue des Gobelins.

Eglise St Etienne du Mont

Mais c’est le cours de l’histoire… et le cours de géographie étant annulé, je décide de faire quelques emplettes au Vieux Campeur dans le 5e arrondissement.

A l’approche des Halles

Mêmes les Parisiens les plus affûtés ne comprennent rien à l’organisation du Vieux Campeur, pourtant le magasin de référence et de sérieux en matière d’équipements de loisirs Nature.

. L’enseigne ne cesse d’ouvrir des locaux spécialisés, éparpillés dans tout le quartier depuis des décennies et d’en fermer certains. Mieux, les magasins changent de spécialités à chaque rentrée, un turn-over difficile à suivre… mais pas impossible ! Je traverse ensuite la Seine non sans avoir inspecter de loin les travaux de réparation de Notre-Dame après le gravissime incendie. L’édifice est désormais consolidé sous toutes les jointures et cerné de grues. Le parvis devrait être bientôt accessible.

Le parvis devrait être bientôt accessible. Quant à l’échéance d’une réouverture totale en 2024,  date des J.O, elle relève d’une pure utopie présidentielle qui fait marrer les spécialistes des monuments historiques. Puisque nous parlons d’architecture et des défis parisiens, je ne peux que me diriger vers les Halles pour aller une nouvelle fois admirer le forum recouvert de sa fameuse Canopée et ses nouveaux jardins. A part la couleur, j‘avoue que la réalisation de cette vague ondulante me plaît bien. La plongée dans les entrailles commerciales et le métro par ses nombreux escalators a quelques choses de vertigineux.

Le célèbre « trou des Halles » qui défia la chronique très longtemps semble donc avoir une véritable envergure. Les jardins très aérés lui donnent aussi une réelle respiration. Il fait bon désormais s’y balader sans craindre d’y croiser des dealers au coin d’un bosquet empestant l’urine. Enfin en  principe…

Le forum revêtu de sa canopée de verre et d’acier. Métamorphose plutôt réussie d’un quartier historique après des années d’errance et de polémiques.
La Bourse du commerce entièrement rénovée tout au bout du parvis des Halles , un endroit qui invite désormais les parisiens à la balade ou au farniente

Cette diagonale buissonnière se prolonge vers le quartier  l’Opéra. J’y accède en remontant la rue Sainte-Anne . Ce fut jadis, le cœur battant de la population gay parisienne avant qu’elle ne migre vers le Marais. Aujourd’hui la rue n’est plus qu’une litanie de restaurants  principalement japonais.

Je sais, je sais, en tant qu’élève géographe momentané, je devrais en principe chercher des explications sociologiques aux occupations successives des populations immigrées de la ville. Mais je me contente ce matin de traverser le décor entre les derniers vestiges du nouvel an chinois et les panneaux des soldes finissantes. Et puis ce parcours a au fond des allures plus touristiques que celle d’une exploration ethnographique !

La place des Victoires et sa couronne de boutiques de luxe et de décoration

Je  découvre au fil des rues des boutiques surprenantes pour le randonneur averti, comme ce « cordonnier Vibram »  de la rue des Petits-Champs qui étale en rayon une foule de chaussures aux semelles bien connues sur le marché. La traversée du XVIIe prolonge cette randonnée urbaine dans un univers aussi chic. Je suis loin des axes populaires du XVIIIe ou bobo du XXe arrondissement.

Le dôme d’entrée de la gare St Lazare Cours de Rome.

Le franchissement du périph à la porte des Ternes ne me fait pas changer de standing lorsque je rentre enfin dans Levallois-Perret. La ville de la Balkany family occupe une place de choix sur la première couronne. Avenues taillées au carré abritant de grandes sociétés comme Guerlain ou BASF, ou grosses agences de pub. Les groupes de presse ont tiré leur révérence depuis quelques années pour investir des communes aux loyers plus abordables leur offrant des niveaux de taxes défiant toute concurrence.

Le business local propulse à cette heure du déjeuner une masse de jeunes cadres branchés dans les fast-food et le kebab côtoie le resto bio. Je me pose dans le joli parc de la Planchette pour apaiser mes tibias martyrisés par le bitume depuis plus de 15 km avant de rejoindre les bords de Seine. Les urbanistes ont là aussi repoussé ou gommé les anciens docks et usines poussiéreuses désaffectées de naguère. Aires de jeux, promenades arborées, buvettes se succèdent le long du fleuve. Et dire que gamin je venais ici-même plonger dans les bassins de la piscine olympique de Levallois !

L’église St Odile plantée sur le boulevard des Maréchaux non loin de la Porte Champerret
La mairie de Levallois-Perret , fief du sulfureux couple Balkany.
FERS , la sculpture de bronze symbolisant la fin de l’esclavage . (De Driss Sans- Arcidet 2009)
le joli parc de la Planchette au cœur de Levallois .
La gare d’Asnières.

Arrivé sur l’autre rive, j’arrive en terre connue, à Asnières, ma ville natale, où j’ai passé mes quinze premières années – c’est vous dire. Le quartier de la gare s’est métamorphosé sous l’effet de la boboisation galopante. Cinéma l’Alcazar ripoliné, commerces de bon goût, école privée Sainte-Geneviève, tout y est . Dix minutes de train suffisent désormais pour rejoindre la gare Saint-Lazare en effaçant les frontières entre banlieue et capitale. . Je remonte le quartier Flachat qui me conduit à Bois-Colombes, ma destination finale. Ma montre connectée affiche 23 400 pas et une dépense de 1 240 kcal. Décidément le vocabulaire fitness me laisse perplexe. Alors disons que cette journée de révolte estudiantine à Tolbiac m’a offert une balade surprise de 16,7 km. Finalement, la vie d’étudiant d’un retraité n’est pas désagréable. Allez, continuez le combat !

Ca gazeran fort vers Rambouillet

Après un tour complet du GR1, Stéphane, guide endurant de Sport et Nature, nous proposait une large boucle de la forêt de Rambouillet au départ de la gare de Gazeran (78) . Retour sur une rando express de 27 km.

Marche ou grève, rien ne semble arrêter le randonneur parigot ! Après quelques semaines d’hibernation forcées, une bonne vingtaine de randonneurs ont répondu à l’invitation de notre ami Stéphane, guide intermittent, bénévole et endurant dans l’asso Sport et Nature. Ce parcours de 25 km théorique concocté en marge du massif principal alternait les passages en sous-bois et de longues traversées en plaine ainsi qu’un tronçon du GR655, le Chemin menant à Compostelle.

Une jolie boucle de 27 km entre les gares de Gazeran et Rambouillet

Après une sympathique errance au départ de Gazeran, tous s’attendaient à hériter du bonus kilométrique courant chez ce guide peu avare sur la distance. Avec un décollage vers 10h00, personne n’ignoraient non plus que tout idée d’un déjeuner vers midi relevait de la pure utopie voire du rêve. Il fallut donc attendre les 14h en tapant sur le stock de barres et autres gourmandises pour tenir le choc, d’autant que le rythme ne descendit que rarement sous les 4,5 km/h.

Lorsque le soleil réveille le décor , la randonnée en forêt retrouve de sa magie et réchauffe les âmes et les corps.

Les pauses ne furent pas légion, il ne fallait pas tarder vu le nombre restreint de trains de retour vers Paris. Cela n’empêcha nullement une halte obligatoire  afin de faire honneur au vin chaud préparé avec amour par Denis, véritable tradition hivernale chez Sport et Nature.  Notons que la présence de Denis et Stéphane au rhum arrangé explosif dans une même randonnée signifiait évidemment une montée d’alcoolémie sanguine inévitable. 

Le podomètre annonçait près de 14km, Stéphane jugea que le timing était respecté et que l’on méritait un pique-nique réparateur . Après une réhydratation au 13°, le  fameux rhum arrangé aussi digestif que ravageur, les randonneurs reprirent la route sous un joli soleil rasant. Nul trace de vent glacial balayant les plaines toutefois gorgées d’eau, pas de chasseurs menaçant non plus à l’horizon, la troupe s’étira sur des centaines de mètres.

Malgré un belle cadence et une fatigue bien gérée , on rata le train d’une minute à Rambouillet ! La demi-heure d’attente du prochain furent mises à profit pour un décrottage général de pompes sur le quai, une pratique hélas assez courante chez le randonneur peu scrupuleux dans les infrastructures SNCF, mais exemplaire une fois embarqué.

Parfois au détour d’un chemin, la vision enchanteresse d’un jardin tiré à quatre épingles.

De 25 km programmés , nous étions passés à 27 km , pas de quoi fouetter un guide enclin à plus de débordement lors de cette randonnée de reprise tonique et oxygénante .

Téléchargez la trace de cette randonnée: https://www.visugpx.com/XCESvZ8TB1

Randonner avec Sport et Nature : https://sportetnature.org/

 

Special rando 92 : Meudon et clamart

Proches de la capitale, tout en sous-bois, vallonnés à souhait , les deux domaines font le bonheur des randonneurs parisiens.

Nul besoin d’aller très loin pour profiter d’un vaste domaine boisé à souhait pour improviser de belles randonnées et ce sur des parcours très variés. Celui-ci, long de 18 km débute non loin de la gare de Chaville Rive Gauche. Le GR22 s’élève jusqu’au sommet du plateau de Meudon. Cette forêt étant partagée par la N118 , vous disposez de deux points de passage pour y circuler de part et d’autre.

Téléchargez la trace de cette randonnée : https://www.visugpx.com/DPfgA8JR2t

randonnée Meudon et Clamart
Un très beau parcours de 18 km qui offrira aux sportifs de bons dénivelés. Cette portion fait d’ailleurs partie de la fameuse Bossapas ,

Meudon se distingue par de longues allées rectilignes et des sentiers qui plongent vers les trois étangs à la frontière avec le Bois de Clamart. Vous y ferez peut être une pause dans l’un des deux restaurants perdus en pleine nature avant de poursuivre votre sortie : le Relai des pêcheurs et la Terrasses.

Il faudra près de deux heures pour boucler votre tour de la forêt de Clamart. Le terrain est par endroit très vallonné et vous découvrirez les villes de Sèvres et Paris du haut de beaux belvédères . Le retour vers votre point de départ à Chaville passe par le restaurant les Terrasses , puis par le second passage cette fois sous la nationale.