Archives du mot-clé GR1

Noël & Lardy, duo star et bûche glacée.

Fin novembre, les randonneurs d’Ile-de-France rentrent dans le dur. Les jours se sont réduits à l’approche imminente du solstice d’hiver et le niveau du thermomètre n’ a rien d’encourageant pour se lever à 6h et prendre un train miraculeux, épargné par les grèves et les travaux. Mais chez Amigo Rando, on ne pouvait pas rater le rendez-vous traditionnel, celui de la rando de Noël !

Pour cette occasion festive , pas question de se compliquer la tâche. Corinne, notre guide-stagiaire coachée choisit en effet un grand classique de la rando parcouru une à deux fois par an et dans les deux sens : de la gare Lardy à celle de St Chéron (ligne de Dourdan-Etampes) . Ce parcours de 20 km sans grande difficulté comporte toutefois quelques grimpettes et des portions rendues glissantes.

quatuor de choc et de charme !
Ambiance sérieuse ….enfin au début !
la bûche en rando, toujours un petit exploit
Température de 3°c, décor transylvanien et loups affamés !

Il passe par la splendide Abbatiale de St Sulpice-de-Favières dont on découvre la grandeur en arrivant par les hauteurs . Une aire de pique-nique providentielle se trouve en dehors du bourg en quittant le GR1 sur une centaine de mètres. C’est l’endroit idéal pour dresser la table où chacun apporte boissons et victuailles. Presque, car l’anticyclone installé sur le nord de l’Europe génère ce jour-là un vent du nord glacial.

Toasts au foie gras tartinés avec amour par notre œnologue-marcheur « Chris BodiGestif » , bûche-maison sculptée par Geneviève diplômée Es-pâtisserie nomade, vins blanc et rouge, aux couleurs de GR évidemment , rien ne manqua au festin ponctué par la distribution de petits cadeaux et dégustation de pousse-cafés anti-gels dont une liqueur chilienne non identifiée ! Résultat, il fallut quelques kilomètres pour que le groupe reprenne une vitesse de croisière acceptable et ce afin d’atteindre la gare de St Chiron à temps, c’est à dire une minute avant qu’il rentre en gare ! Surement autre miracle de Noël !

Fontainebleau dans l’hiver tropical

Les randonneurs descendent du train à Bois-le-Roi, d’autres poursuivent jusqu’à l’arrêt en forêt ou vers Fontainebleau . Alors durant les cinq heures de marche, il me reste juste à contempler le décor d’un forêt endormie, métamorphosée .

La brume de décembre recouvre le domaine royal et persistera tout au long de la journée en lui donnant cet aspect tropical si cher. Le sol sablonneux absorbe l’excès de pluie, l’humus dissimule les racines scélérates, l’humidité des rocks a découragé les grimpeurs et les familles frileuses. Les GR1, GR11 E s’enfoncent ainsi dans cet univers végétal et minéral et se taillent parfois à la serpe à angles aigus en suivant les allées rectilignes.

Puis soudain, le relief reprend le pouvoir sur les sentiers Delecourt-Colinet balisés de bleu, le chemin devient tortueux, contournent les blocs ou y pénètrent pour torturer les grands gabarits. On s’y faufile , le sac à dos rape le calcaire . Des troncs brisés par les dernières tempêtes jonchent le sol, la mousse et les lichens ont repeint le décor de jaune et d’ocre. Les chênes dénudés étendent leurs ramures dans les grandes largeurs.

Du haut de la ligne de crête des Rochers d’Apremont, 20.000 ha et des millénaires d’érosion vous contemplent ! l’ONF semble avoir installer des bancs spécialement pour admirer le paysage en pique-niquant. Les marques rouges et blanches du GR s’égrainent sur le plateau rocheux couvert de pins, les blocs s’espacent. Le retour vers le Fontainebleau et sa gare d’Avon se fait par le Nord. Les jambes mises à l’épreuve par les 25 km et la succession de bosses se font douloureuses. Le soir tombe lentement et la ville toute proche s’illumine, je guette le bruit des trains comme une délivrance. Le quai vers Paris est bondé de voyageurs évadés de la ville, la forêt s’éloigne , je regrette déjà son silence.

Randonnée Vexin : boucle d’Auvers-sur-Oise – 22 km de gare à gare

Images et vidéo de l’itinéraire en 3D

Découvrez cet itinéraire sur la vidéo
qui suit >>>>>>>>>

Pour ceux qui veulent poursuivre la découverte du Parc Régional Naturel du Vexin, je vous propose cette belle randonnée de gare à gare . Ce parcours de 22 km environ débute et s’achève à la gare d’Auvers-sur-Oise. Il emprunte une longue portion du GR1 dans la forêt du Bois le Roi, étroite et longue bande qui remonte nord-ouest. Vous attendrez les quartiers nord de Valmondois avant de remonter versd Nesles-La-Vallée. Cette boucle passe ensuite par la jolie ville de Parmain, voisine de l’Isle-Adam sur l’autre rive de L’Oise. Vous aurez d’ailleurs tout le temps de d’y flâner car cet itinéraire la suit sur d’interminables kilomètres! Cette longue randonnée ne présente pas de difficultés particulières. Vous passerez toutefois avec prudence en zone de chasse. Le chemin peut être très boueux en temps de pluie.

Cliquez sur ce site pour visualisez l’itinéraire en 3D

comment tracer votre randonnée de gare à gare en IDF ?

Il existe désormais de nombreux Topoguides et sites internet qui répertorient une foule d’itinéraires dans cette région. Néanmoins, il peut être intéressant et instructif de tracer son propre parcours avec comme hypothèse de base : se déplacer de gare à gare dans l’espace Navigo.

Avant de commencer dotez-vous de quelques outils : la carte Topo100 IGN Paris-chantilly-Fontainebleau au 1:100.000e , la carte Navigo Ile-de-france Mobilite ». Si vous choisissez l’option carte papier, prenez celle au Topo 1:25.000 e de la zone géographique choisie. (

Apprenez à bien lire ce document , notamment le tracé des lignes SNCF et RATP (en noir) et celui des GR (en ligne rouge). Notre confrère EnlargeYourParis a édité une carte très pratique : le Randopolitain où sont mentionnés les principaux GR d’IDF et les moyens d’accès en train et métro. (les gares principales) . Le site Idf Mobilités vous permettra de connaître les horaires des transports publics de la région plusieurs jours à l’avance. Si vous optez pour la solution numérique, la maîtrise d’un logiciel de tracé et visualisation comme Openrunner (que j’utilise principalement) ou encore Visorando est aussi recommandée. Il vous servira à tracer précisément votre parcours sur écran, de sauver la trace au format .gpx afin soit de l’imprimer, soit de la télécharger sur votre smartphone pour un suivi sur une App de rando comme Iphigénie .

Notre exemple : conception d’ une rando dans le Parc Régional du Gâtinais entre les gares de Boutigny-sur-Essonne à Etrechy. J’ai choisi cet exemple en recherchant un parcours de préférence boisé pour plus de fraîcheur. Libre à vous de trouver une zone plus vallonnée en privilégiant les dénivelés.

Tracé manuel du parcours entre les gares de Boutigny/Essonnes et Etrechy dans le Parc Régional Naturel du Gâtinais

A- UTILISATION DES CARTES PAPIERS IGN Région 1:100.000e et locale au 1:25.000e

  1. CHOISISSEZ VOTRE POINT DE DEPART . Repérez sur la carte IGN topo100 au 1:100.000e (1 cm=1 km) le Parc Naturel Régional du Gâtinais . A la lecture de cette zone géographique , il est facile de repérer les fameux GR11 et GR1. La gare de Boutigny-sur-Essonne est présente à la fois sur le GR1 et sur la ligne (noire) du RER D . Ce sera votre point de départ .
Carte 1:25K Arrivée ETRECHY

<<Carte 1:25K Départ Boutigny

  1. TROUVER UN POINT d’ARRIVEE . Si vous êtes débutant, le plus facile sera de suivre les GR balisés en blanc et rouge . Dans mon exemple, j’ai choisi de remonter au nord ouest en suivant le GR 1 et le GR11 pour rejoindre la gare d’Etrechy . Si vous êtes plus expérimenté et si vous disposez d’une carte IGN de la zone au 1:25.000e (1 cm=250 m) vous pourrez composé votre itinéraire par des sentiers hors GR .

Comment mesurer la distance de votre randonnée ?

Servez vous de la réglette 1:25k de votre boussole ou tracez un gabarit 1 cm : 250m sur une sur une languette de papier. Autre méthode « à la louche » , trois phalanges jointes font à peu près 1 km . Déplacez votre boussole, vos trois doigts joints ou gabarit le sur la carte IGN au 1:25K et comptabilisez le nombre de kilomètres. La distance entre nos deux gares est ici de 21 km . Si la distance est trop courte, faites quelques détours . Trop long ? Choisissez un autre itinéraire car des raccourcis risquent de vous obliger à emprunter des routes bitumées peu agréables.

Utilisez la petite réglette graduée au 1:25k de votre boussole .
3 phalanges = 1 km .. à la louche !!

B- UTILISATION DES OUTILS NUMERIQUES

  1. Choisissez votre zone géographique à parcourir sur la carte Topo au 1:100.000e ou sur le fond de carte numérique de votre App Openrunner par exemple – D’abord créez un compte , puis cliquez sur le lien créer un parcours.
  2. Après avoir chercher la gare de Boutigny-sur-Essonne à l’aide de l’outil loupe de la barre verticale latérale gauche , choisissez le fond de carte IGN topo 25 dans l’outil pile . Puis cliquez sur l’outil + de la barre d’outils du haut. Commencez à tracer ainsi point par point votre parcours. Le kilométrage s’affiche au fur et à mesure dans le cartouche vert en haut à droite. Une fois arrivé à la gare d’Etrechy (soit environ 20km ) enregistrez votre par tracé en cliquant sur l’icone diskette. Remplissez tous les champs demandés. Lorsque le parcours est enregistré , le lien  » télécharger pour un GPS apparait au dessus de la carte. Cliquez sur GPS track, la trace de ce parcours est présente sur le bureau de votre ordinateur sous la forme d’un fichier au format .gpx .
Ecran de tracé d’Openrunner – Export ou impression papier possible

Vous pouvez alors imprimer cet itinéraire ou le télécharger sur votre smartphone. Il suffit de l’importer sur l’App de rando utilisée (Visorando, Iphigénie, Sity Trail) . Cette fonction nécessite de s’abonner à l’APP (environ 15€/an).

. DETERMINEZ LES HORAIRES ET TRAJETS EN TRANSPORTS PUBLICS

Une fois que vous avez déterminé les gares de Boutigny et d’Etrechy, recherchez sur Ile-de-France Mobilités ou sur la carte papier du réseau IDF , les lignes RER ou SNCF correspondantes. La gare de Boutigny se trouve sur la ligne RER D , celle d’Etrechy sur celle du RER C . A raison de 4 km/h de moyenne, une pause déjeuner d’une heure, cette rando de gare à gare pour prendra 5 heures de marche effective et environ 2 heures de transport aller-retour depuis Paris . Cherchez sur l’App IDF Mobilités les horaires et la fréquence des trains en vérifiant qu’il n’y a des travaux le jour de votre randonnée ou des grèves ou des incidents ponctuels.

Trace importée sur l’App Iphigénie de l’Iphone XR
Horaire pris sur IDF Mobilités

AUTRE TECHNIQUE : A PARTIR DU RESEAU RER -SNCF

Vous pouvez bien sûr faire l’inverse : rechercher sur les lignes de transport les gares qui vous intéressent, repérez -les sur les cartes papier IGN Topo100 ou Topo 25 ou sur Openrunner puis tracez votre randonnée . Si la distance est trop longue ou trop courte, changez votre gare d’arrivée ou de départ sur les lignes de transport .

Les réseaux SNCF et RATP offrent ainsi de très nombreux possibilités d’itinéraires de gare à gare dans l’espace des 5 zones Navigo en Ile-de-France. Le déploiement du Grand Paris Express devrait encore faciliter l’accès à notre terrain de jeux avec la création de 63 gares en Ile-de-France.

Carte Topo 1:25K

Rando de Beynes à St Nom-La-Bretèche par les villages.

Le département des Yvelines s’effiloche à l’ouest de la capitale jusqu’aux portes sud du Vexin en un patchwork de plaines agricoles et de bois disparates. Fidèle à son principe l’association AmigoRando ne randonne que de gare à gare et cette balade n’y fit pas exception. Le petit groupe de six marcheurs mené une fois encore par Geneviève se donne rendez-vous à la Gare Montparnasse en direction d’Epone-Mézières.

Une grande diagonale de 22 km en Yvelines de gare à gare.

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx. ICI

Après une litanie de stations, tout monde descend à Beynes pour débuter ce parcours , soulagé de cet interminable trajet de banlieue , le prix souvent à payer par le parigot en quête de verdure. Une fois passée la cuvette de la Maladrerie, place aux grands espaces ! Nous traversons des kilomètres de champs rasés après les récoltes de céréales, un brise fraîche du Nord balaie cette steppe terreuse et déserte qui se perd à l’infini . Heureusement le soleil réchauffe les corps et les coeurs, le village de Crespières sonne cette première délivrance.

Un dimanche d’août sans surprise, de rares autochtones partent faire leur jogging et nous saluent, la boulangerie ouverte la plus proche semble située sur une autre planète. Il nous reste plus qu’à traverser le bourg en silence en admirant les belles rénovations de ces corps de ferme dont la seconde vie s’appelle résidence secondaire . Ca sent encore la chaux et la menuiserie neuve, les Yvelines balance désormais entre un urbanisme anarchique de lotissements bon marché et des bâtisses bourgeoises. La région s’est refaite une beauté comme chaque été et nous contournons émerveillés le parc de Wideville et son château privé. Le village de Davron n’ a rien à lui envier. Les artisans locaux ont fait un travail d’art sur chaque façade de quoi réveiller ou susciter chez les parisiens à l’univers étriqué que nous sommes des envies d’évasion.

Le lavoir, symbole du patrimoine culturel !
L’église, au coeur de chaque village.

La route est encore longue mais les appétits attisés par l’effort réclament une pause. En ile-de-France , il y a toujours un ancien lavoir qui se cache au creux d’un sentier. C ‘est à croire que le peuple rural des siècles précédents passait son temps à faire des lessives entre deux labours ! La pelouse est accueillante, le pique-nique va durer près d’une heure trente malgré la menace des averses. Rien ne presse vraiment et chacun savoure l’endroit et la chaleur d’un soleil encore capricieux. Cet ilot de verdure ne s’étend pas bien loin. Très vite le groupe retrouve les plaines où persistent çà et là des zones de céréales non fauchées , ultimes tapis végétaux des récoltes tardives . Il fait bon s’immerger dans la forêt de Villiers et ses sentiers en étoile qui partent vers les quatre horizons. Le soleil ne nous quitte plus et joue dans les cimes des chênes centenaires agitées par des bourrasques sporadiques. Des taches d’un vert presque fluo viennent enflammer les sous-bois, se reflètent dans les flaques comme autant de miroirs. C’est le grand show et je marche la tête en l’air au risque de chuter dans les racines de ces géants qui m’envoutent.

Puis la ville de Feucherolles se devine à l’orée du bois . Plus importantes que ces voisines, tirée aussi à quatre épingles, elle oscille entre un passé agricole et un modernisme affiché ..et financé par les fonds européens ou privés! Je consulte par curiosité les vitrines des agences immobilières locales. Les prix flambent aussi et surtout dans les Yvelines tant la vague des parisiens en télétravail fuyant la capitale fut énorme. Comment les blâmer de vivre dans un endroit aussi paisible ?! Le groupe suit plein Est le PR balisé en orange sur une ligne de crête. Soudain le silence fait place au ronronnement de l’Autoroute A13 . Une fois passé sous l’artère, nous repiquons l’historique GR1 qui encercle l’Ile-de-France . Un kilomètre plus loin la petite gare de St Nom-La-Bretèche se blottie dans un vallon calée entre ses deux lignes. Vue de loin, on dirait presque une maquette posée là par un passionné de modèles réduits ! Le train pour St Lazare est à quai et attend que le collectionneur appuie sur On et nous rapatrie vers la grande ville au terme d’une belle balade de 22km.

Fausses-Reposes et Parc de St Cloud, la rando de proximité du confiné

A défaut d’aller gambader aux confins de l’Ile-de-France, voici une jolie randonnée de 20 km à proximité de Paris . Elle débute au Parc de Saint-Cloud dont l’accès en transport en commun se fait par le tram T2 ou le métro Pont de Sèvres (ligne 9) à 700 m. Le mieux est de partir explorer le domaine royal de 460 ha en traçant soit même son itinéraire parmi les multiples sentiers et les grandes allées partant en étoile .

Panarama sur la Seine, la Seine Musicale (Ile Seguin Boulogne) et Quai Legallo .

Une très belle balade de 20 km environ sur un itinéraire entièrement boisé.

Profitez en tout de même pour prendre de l’altitude afin de profiter du magnifique panorama sur la Seine et la capitale. Par temps clair il est possible d’apercevoir le pré-St-Gervais. Ce tour du Parc de St Cloud se termine en empruntant le GR1 jusqu’à la Porte Blanche. Suivez le balisage blanc et rouge pour traverser Marne-La-Coquette et rejoindre l’orée du bois de Fausses-Reposes.

La belle Cascade du Parc de St Cloud
Quelques jardins agrémentés de nombreuses espèces sont intégrés dans le parc

Cette forêt très vallonnée à proximité de Versailles offre elle aussi une infinité de parcours. Afin de réaliser une vingtaine de kilomètres et quelques bons dénivelés lors de cette sortie, j ‘ai choisi de marcher à la lisière de la forêt. La trace proposée présente aussi l’avantage d’être moins fréquentée les dimanches par très beau temps. Vous passerez par les très beaux Haras de Jardy ou il est agréable de pique-niquer en profitant parfois du spectacle des concours d’obstacles.

Le plaisir de randonner au printemps dans la forêt de Fausses-Reposes non loin de Paris
Pique-nique improvisé sur les pelouses des Haras de Jardy

La sortie des Haras se fait par une porte pas vraiment repérée près du parking. Ce parcours périphérique passe par les étangs de Ville d’Avray (attention encore beaucoup de travaux autour des étangs lors de notre rando) . Un très joli voie piétonnière passe entre les immeubles en contre-bas de la rue de Versailles et vous mène jusqu’à l’église et la place du marché. Vous reviendrez alors à votre point de départ via le parc royal en empruntant la route qui monte vers St Cloud sur environ 500 m . Suivant votre programme (et votre forme) vous pourrez composer un itinéraire de retour tout aussi varié pour rejoindre la sortie au Musée Nationale de Sèvres. Fermeture du domaine l’été à 19h30 !

Photos : Maryvonne et Richard Kirsch

St Mard- Meaux, la rando qui décape la grisaille

Un dosage de 21 km, tempo de 4,3 km/h , UV modérés, ventilation Nord , le cocktail très efficace !

Depuis des mois, nous cherchions tous la formule magique capable de nettoyer le décors et chasser la grisaille de l’ambiance covid qui nous encrassaient le moral . La toute nouvelle asso en création, Amigo Rando a trouvé le le week end dernier le produit miracle : St Mard ! Soleil, brise fraîche, verdure naissante, grâce à ces agents actifs, l’itinéraire menant jusqu’à la gare de Meaux a prouvé une réelle efficacité en redonnant des couleurs au moral des 23 randonneurs parisiens. Ce composé garanti totalement bio s’appuie sur la base solide du GR1, ce parcours historique qui fait le tour de l’Ile de France sur 541 km et dont le sommet de 216 m permet une oxygénation maximale des neurones les plus confinés !

Le cocktail décapant St Mard- Meaux élaboré à doses égales forêts et plaines agricoles a été ajusté pour éviter toute saturation habituelle en randonnée, c’est à dire l’overdose de kilomètres, avec une distance optimale de 21 km. Ajoutons que l’excellent guide (moi-même !) a su trouver le juste équilibre du mode opératoire avec un rythme certes un peu soutenu de 4,3 km/h ! Pour l’occasion, de nouveaux-venus ont pu tester le produit et le caractère unique de l’organisation Amigo Rando : tempo et apéro ! Rappelons que la formule n’est pas sans danger en créant chez certains une véritable addiction. Les organisateurs étudient déjà un vaccin, une randonnée calmante de 25 à 30 km !

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx ICI

A l’aise glaise… ! Une rando très Laurel et Lardy

Il y a des jours comme çà  où le randonneur se demande ce qu’il fait dans une gare parisienne  presque déserte  pour aller  traîner ses pompes dans une banlieue paumée d’ Île de France dont il situe approximativement la position . Il sait pertinemment que la pluie n’a pas cessé de tomber une bonne partie de la  nuit et sait ce qu’il l’attend une fois descendu d’un RER  à une autre gare dont le nom ne lui rappelle ..rien !

Une longue diagonale entre plaine et bosquets entre les gares de Lardy et Breuillet

La seule certitude naîtra lorsque le randonneur passe en mode patinage sur les chemins détrempés et que la glaise alourdit chaque pied d’un bon kilo. La moyenne n’est plus qu’un vague souvenir et l’estimation de marcher à 4km/h pour réaliser la randonnée dans les temps devient une utopie. Reste alors à prendre son mal en patience et admettre qu’un pas en avant ne signifie pas forcément progression, se réjouir d’avoir toujours des bâtons de marche pour éviter le bain de boue à chaque descente. Le randonneur avec béquilles affublé d’une cape de pluie et sur terrain gras perd alors de sa superbe.

Grisouille et gadouille à tous les étages. A l’aise glaise !

Il n’a pas seulement le look de l’escargot mais aussi son allure . Bref il en bave ! Notre récent parcours entre Lardy et Breuillet nous a offert tous les aspects de la rando hivernale par « temps de..m.. » , un choix que tous avons pleinement assumé en bons stakhanovistes. Il a fallut attendre l’heure du pique-nique pour percevoir un rayon de soleil et une bonne dose de vin pétillant pour reprendre de l’énergie. La pause reste toujours le moment préféré du randonneur, la météo n’influençant en rien .

Quelques artistes du groupe y trouvent parfois de l’inspiration, comme notre dessinatrice Agnès qui d’un trait simple et efficace immortalisa ces moments de convivialité arrosée. Après avoir survécu à la farandole habituelle des desserts et renoncé à jamais à l’idée que la rando ferait perdre du poids, le groupe mené par Christian reprit le patinage par la plaine. Si le parcours amputé de quelques lieues , vu la cadence, ne restera pas dans les annales, il aura eu la vertu de redonner aux confipotes cette bouffée d’oxygène nécessaire pour affronter une semaine durant l’univers carcéral du domicile et l’overdose de télétravail .

S’arrêter pour admirer quelques instants le spectacle de la nature sculptée par l’hiver et l’érosion.

Téléchargez la trace de cette randonnée ICI

la Grande traversée de Paris …co-vidé

Août 2020, La transhumance estivale habituelle plonge Paris dans un calme olympien, l’occasion pour moi de prendre possession de la ville désertée et vidée par le COVID.

Il est presque 11h, lune nouvelle vague d’orages vient de rincer le décor,  je m’équipe léger pour une randonnée 100% urbaine. Choisissant l’improvisation sans toutefois tomber dans l’errance, je décide de relier le Bois de Boulogne au Bois de Vincennes par la grande diagonale Ouest-Est soit une vingtaine de kilomètres.

une grande diagonale de ma banlieue à la Porte Dorée , entre deux bois mon coeur balance…

Je rejoins les quais de la Seine à Neuilly puis m’enfonce dans la banlieue chic par le quartier St James. Pas âme qui vive, j’imagine que ses habitants doivent buller entre Ramatuelle, le Cap Ferret ou l’île de Ré. Le Jardin d’Acclimatation n’est pas plus animé et les employés de l’accueil désœuvrés discutent sur le trottoir en attendant quelques visiteurs miraculeux.. Car cette année le covid 19 a hélas fini de vider la capitale de ses touristes en la plongeant dans l’ennui. Je longe le Bois de Boulogne jusqu’à la Porte Maillot.

Longer les quais à Neuilly et jeter l’ancre au monument Vent et Batailles à la Porte Maillot.

Le petit train menant au Parc s’attraction a été remisé en attendant des jours meilleurs. Je fais une pose casse-croute dans le square Alexandre et René Parodi, compagnons de la Libération. Le Monument 100% inox Vent des Batailles dédié au Général Koenig y siège majestueusement et domine la place en travaux gigantesque depuis des mois. La future gare du RER E entrera en service vers 2022. Au bout de l’avenue de la Grande Armée, l’Arc de Triomphe disperse ses avenues sur les quatre horizons, elles aussi désertées. La circulation habituellement chaotique de la place de l’Etoile n’est plus qu’un souvenir. Je prends l’avenue Marceau jusqu’au Pont de l’Alma. Surprise hallucinatoire, le restaurant  libanais le Nourot connait une belle affluence. Les Parisiens privés de voyage s’offrent sans doute ici une touche raffinée d’exotisme moyen-orientale, celle d’un pays récemment meurtri par l’explosion du port de Beyrouth.

Lire la suite la Grande traversée de Paris …co-vidé

IDEE RANDO : LA BOUCLE DE TRIEL SUR LES HAUTEURS DE LA SEINE (25 km)

Cette longue randonnée de 25 km se déroule en boucle depuis la gare SNCF de Triel (ligne de Mantes-La-Jolie au départ de la gare St Lazare à Paris) . Ce parcours vous offrira de beaux panoramas sur la Seine sur la partie nord. Le premier tronçon d’une douzaine de kilomètres passe majoritairement en forêt jusqu’à la jolie ville de Meulan.

Je vous conseille de pique-niquer sur les berges au bas du pont. Le retour se fait par les Mureaux et Vernouillet. sur terrain plat, une fois la Seine franchie. Il alterne entre petits bois et zone pavillonnaire calme mais sans trop d’intérêt . Cette randonnée présente quelques dénivelés sur la première partie en suivant les GR1 et GR2 . A ce sujet, le tracé du GR1 a été modifié suite à quelques glissements de terrains ou effondrement de carrière. Donc, vérifiez votre parcours si vous disposez d’une carte un peu ancienne . Bonne balade !

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx : https://www.visugpx.com/c6ziN8gnEa