Archives pour la catégorie Randonnées France

2000 km, 81 jours, Le GR34 intégral au féminin

Jeanne Fauquenot, 30 ans, n’avait pas la rando dans la peau.  Qu’importe l’historienne de l’art plutôt sportive  se lance direct en 2019 dans l’itinérance au long cours l’an dernier  sur un périple de 2100 km entre le Puy-en-Velay et Saint-Jacques de Compostelle . Elle conclut cette première expérience  avec un maximum d’ampoules, une forte dose de plaisir  et une folle envie de récidiver. Approche fastoche  dirait-elle .Jeanne voulait mettre la barre plus haut cette année en se frottant au 3000 km du Te Araroa en Nouzelle-Zélande.

Hélas la Covid a douché ses ambitions la renvoyant à la case de départ , dans l’Indre . Il lui fallait un nouveau projet pour calmer son appétit d’aventure. L’ été s’installe, le terrain de jeu des randonneurs se réduit à l’Hexagone, Jeanne jette alors son dévolu sur la Bretagne. Elle balance ses préjugés sur le climat et vise en juin 2020  le GR34 dans son intégralité ! Autant voir grand. «  Devant moi 2 000 kilomètres de falaises, de plages, de villages et de rencontres pour découvrir cette formidable région entre ciel et mer. » explique-t-elle avant d’ajouter que la balade se fait en autonomie complète. Le challenge allait de pair avec un tempérament visiblement 100% inox .

Lire la suite 2000 km, 81 jours, Le GR34 intégral au féminin

En marche vers le Musée de la batellerie de Conflans-St-Honorine

Les journées du Patrimoine offrent parfois aux randonneurs l’occasion de conjuguer balade et découverte culturelle. Voici une randonnée tranquille de Maisons-Lafitte au Musée de la Batellerie de Conflans-St-Honorine par la forêt de St Germain-en-Laye.

Il suffit de vingt minutes de train au départ de Paris St Lazare pour rejoindre Maisons-Lafitte . La traversée de cette jolie ville se fait dans un décors très verdoyant en passant par le château. Belles demeures , joggeurs et cavaliers matinaux , je goute ce dimanche de fin d’été comme surtout comme un moment de tranquillité, une randonnée d’une quinzaine de kilomètres sans effort pour rejoindre Conflans-St Honorine en vue de visiter le Musée de la Batellerie . La forêt de St Germain désespérément monotone n’a que peu d’intérêt. Des allées interminables partent en étoile par les quatre horizons sans jamais présenter la moindre bosse !

Une belle balade entre les gares de Maisons-Lafitte et celle de Conflans St Honorine
L’église ST Maclou et le Musée de la Batellerie sur les hauteurs de la rive droite de la Seine.
Le Musée siège dans l’ancien prieuré, racheté et rénové par l’industriel Gelevot.

C’est donc avec un plaisir non dissimulé que je retrouve les bords de la Seine que je traverse par la passerelle dorée réservée aux piétons et vélos. A droite, Conflans-St- Honorine se dresse sur la rive droite du fleuve. A gauche, la Seine rejoint l’Oise. Nous sommes ici au coeur de la batellerie française. Au XIXe siècle, les péniches chargées de charbon descendaient l’Oise du nord du pays et d’autres convois tractés les acheminaient vers la capitale . On canalisa peu à peu les rivières qui devinrent les Voies Navigables de France avec ses centaines barrages, ses écluses et autres ouvrages dont la technologie fut reconnue partout en Europe .

la passerelle qui enjambe la Seine entre la forêt de St Germain en Laye et Conflans St Honorine

Près de 12.0000 bateaux sillonnaient alors l’Hexagone avant de se heurter à la concurrence inéluctable du ferroviaire. Touage sur de lourdes chaînes, halage des barges par les hommes courageux, les chevaux et les machines , toute cette effervescence est magnifiquement décrite, expliquée et exposée au Musée de la Batellerie de Conflans. Celui-ci se trouve dans une maison bourgeoise , un ancien prieuré racheté et transformé par la famille Gevelot , industriel qui domine encore le marché des cartouches de chasse. L’ancien cellier abrite une belle collection d’embarcations de plaisance en bois. La bâtisse rénovée et d’un style incertain domine majestueusement la Seine. A quelques encablures dirait on ici, l’Eglise St Maclou lui fait face et en arrière plan on aperçoit la Tour Monjoie qui montait jadis la garde contre les attaques navales. Aujourd’hui les chantiers ont disparus, les mariniers à la retraite ont vendu leurs péniches converties en résidences flottantes.

Le Musée de la Batellerie reconstitue toute l’histoire du transport fluvial et des embarcations de l’époque.

L’ambiance portuaire un peu rugueuse n’est plus qu’un souvenir, Conflans -St-Honorine est devenue touristique même si la croisette aménagée de bancs et chaises longues accueille encore quelques mariniers de passage qui viennent accoster le week end pour visiter leurs gamins scolarisés ici . Après la visite du musée, il fait pourtant bon prendre un verre sur les terrasses de la place principale avant de s’embarquer pour une des croisières d’une heure, une demi-journée, une journée proposées par la municipalité.

Bateau de croisière sur la Seine et l’Oise
« je sers, le bateau des associations caritatives et de culte.

La mienne me conduira jusqu’à l’Oise où se loge la partie industrielle du port, avec son trafic et ses entrepôts de matériaux de construction. Au confluant , une statue immaculée est dédiée à la mémoires des bateliers. Touristique ou commercial, le transport fluvial connaît un nouvel essor sous l’influence de la recherches de solutions alternatives au transport routier. Partout en ile-de France les quais de halage se transforment en promenades et offrent aux randonneurs de nouveaux itinéraires providentiels.

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx https://www.visugpx.com/qxEATbBUN7

Spécial Vexin : Les plus belles randos

Il ne suffit qu’une heure de train depuis la gare St Lazare à Paris pour arriver au Parc Naturel régional du Vexin et s’ouvrir un terrain de randonnée de 65.000 ha ! Cet immense territoire protégé depuis 1995 s’étend sur les départements du Val d’Oise au Nord sur les Yvelines au sud . Le PNR regroupe 99 communes où seulement 80.000 personnes y habitent !  C’est avant tout une terre agricole mais les amoureux de nature et passionnés d’histoire y trouveront un riche patrimoine culturel remontant au néolithique.

Voici une sélection de randonnées testées, documentées avec traces GPX , conseils pratiques et photos .

DE LA GARE DE MEULAN-HARDRICOURT À MANTES-LA-JOLIE – 22 KM

https://wp.me/p6NqC2-1NV

RANDO-DÉCOUVERTE DU VEXIN DEPUIS VAUX SUR SEINE

https://wp.me/p6NqC2-1r7

VEXIN EXPRESS, BIÈRES LOCALES ET VIE DE CHÂTEAU

https://wp.me/p6NqC2-1aw

DE MAGNY-EN-VEXIN À CHARS – 22 KM

https://wp.me/p6NqC2-Jt

RANDO DANS UN VEXIN COULEUR MANTES À L’EAU

https://wp.me/p6NqC2-6H

Mon chemin de Stevenson ? 100% COVID.. 50% bide !

Faute d’avoir sous évaluer l’effet Covid sur l’hébergement, sous évaluer le nombre de randonneurs encore sur Stevenson en septembre , faute d’avoir emporter ne serait-ce qu’une tente et un tapis de sol, je renonçais ainsi à finir ce chemin. Quel âne  aurait dit Robert Louis !

Cela devait bien arriver un jour. Combien de fois me suis-je demandé lors de mes longues randonnées quand sonnerait la fin de l’aventure sur une blessure ou en tombant malade ? En parfait hypocondriaque, réponse : presque tous les jours ! En me lançant sur le Chemin de Stevenson début septembre, j’étais loin d’imaginer ce scénario. Tout avait parfaitement commencé au départ TGV du Paris Gare de Lyon en direction du Puy-en Velay .. ou presque . Car à la correspondance de Saint-Etienne, le TER a pris d’emblée une  première heure de retard à cause d’un passage à niveau brisé, puis encore une demi-heure. Heureusement les hôtes du Grand Séminaire du Puy en Velay  avaient mis la soupe au chaud en attendant les naufragés. Le bâtiment a été totalement rénové et la propreté compense la relative austérité  du lieu. 

Le grand Séminaire au Puy en Velay

Ex-chambre de moine

Après une nuit sereine en ex-chambre de moine, je me lançais gonflé à bloc vers le Monastier et me voyais déjà arrivant triomphant aux arènes de Nîmes, tel César en ayant vaincu les 260 km. Malgré les dires des forums, ces premières étapes de ce chemin de Stevenson sont plutôt dures pour les muscles encore froids et martyrisés par la dizaine de kilos habituels du randonneur itinérant. Le Velay n’est en effet qu’une succession de bosses et des sentiers du GR70 se dressent comme des murs de pierres qui viennent briser net votre bel élan. Tels sont les débuts de chemin, entre bonheur et douleur.  Aux premiers diners changement de sujet, les échos de surpeuplement se font déjà entendre.

Par prudence, je forçais les réservations sur une période de cinq jours, ce qui fut tout à fait inhabituel pour ma part, notamment durant mes cinq chemins de Compostelle. Dès les premiers coups de fil à tous les gites mentionnés dans le Guide Miam Miam Dodo, je sentais l’affaire se corser et je montais d’ores et déjà en gamme pour trouver un hébergement. Mais à ce moment j’ignorais encore les causes de cette pénurie. J’étais même résolu à exploser le budget . Le tarif d’une nuitée en demi-pension avec le petit dej dépassa largement  les 60 € notamment en hôtel. Et puis , voyager en solo revient sans aucun doute le plus cher.

D’autre part, je commençais à comprendre ainsi pourquoi le camping occupait une place importante sur les forums. En fait la raison de cette pénurie relevait du simple bon sens et d’un minimum d’information.  Enfantin, le Covid et la distanciation physique imposaient aux hébergeurs de réduire de plus de 50% leur capacité d’accueil . Environ 90% des établissements était ouverts mais un dortoir de 5 places n’accueillait plus qu’un seul ou deux randonneurs. La plupart d’entre eux avaient réservé un ou deux mois à l’avance !

Game over !!

Je cheminais malgré tout  quelques jours avec l’espoir d’un désistement ici et là et faisais chauffer l’IPhone en rappelant les hébergeurs. Velay, Gévaudan, la région est un pur régal sur ce parcours entre 900 et 1300 m d’altitude. J’étais presque bien en jambes lorsque l’étape vers Pont-Monvert doucha mon optimisme. Afin d’optimiser mes recherches durant ma marche, j’avais même mis mon amie au standard. Son bilan des appels durant toute une matinée fut catégorique : plus aucune place en gite, en hôtel et ce jusqu’à Alès.

En désespoir de cause, je me retournais vers la mairie, les offices de tourisme sans plus de résultats. J’étudiais la possibilité de sauter une ou deux étapes en comptant sur un miraculeux désistement en étudiant les transports publics et les services de La Malle Postale. Je regardais aussi les possibilités de bifurquer que le Chemin voisin de la Régordane.

Lors de l’étape qui sera la dernière, je passais à la Bastide Saint Laurent, l’une des rares gares qui dessert Alès et Nîmes. Dépité , je jetais l’éponge et pris un billet pour Nîmes et Toulouse.

Mon lit à l’Auberge de la Mère Cadenette
Ma cabane de nain de jardin !

Mais je reviendrais car les Cévennes et ce GR70 recèlent de vrais trésors . Passer une nuit à l’Auberge de la Mère Cadenette , partir tôt le matin avec ces volées d’oiseaux au milieu des collines reste de grands moment. Attention, selon la saison, et dans les conditions sanitaires actuelles, veillez à bien préparer votre Chemin de Stevenson. De nombreux cafés ont fermé, il manque de points d’eau, partez à deux pour réduire les frais. Allez, foncez et déguster sans modération le décor que vous offrent les gorges de l’Allier et de la Loire . A très bientôt pour partager la fin de périple !

Idée rando Vexin : Gare de Meulan-Hardricourt à Mantes-la-Jolie – 22 km

Un itinéraire de 22 km avec un long passage en plaine

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx

https://www.visugpx.com/rtdpils8Lf.

Cette randonnée dans le Vexin sud vous fera découvrir une partie très agricole de ce parc naturel de 65.000 ha . Les champs s’étendent ici à perte de vue à l’horizon, un décors parfois un peu monotone strié des lignes à haute tension qui partent de la centrale de Porcheville. L’itinéraire relativement plat ne comporte pas de difficulté . Très à découvert, je vous conseillerais de l’effectuer par température clémente. L’hiver cette étendue peut être balayée par un vent d’ouest glacial en offrant très peu d’abri. En été , au besoin il est possible de trouver de l’eau au cimetière de Fontenay Saint-Père à 200 m de l’église . L’arrivée à Mantes-La-Jolie se fait en traversant la Seine. Une nouvelle passerelle double le pont et offre un joli point de vue sur l’ancien ouvrage . Si ce n’est déjà fait , ne manquez pas de visiter la splendide collégiale du XII et XIIIe siècle qui ressemble comme une soeur à celle de Notre-Dame.

la Grande traversée de Paris …co-vidé

Août 2020, La transhumance estivale habituelle plonge Paris dans un calme olympien, l’occasion pour moi de prendre possession de la ville désertée et vidée par le COVID.

Il est presque 11h, lune nouvelle vague d’orages vient de rincer le décor,  je m’équipe léger pour une randonnée 100% urbaine. Choisissant l’improvisation sans toutefois tomber dans l’errance, je décide de relier le Bois de Boulogne au Bois de Vincennes par la grande diagonale Ouest-Est soit une vingtaine de kilomètres.

une grande diagonale de ma banlieue à la Porte Dorée , entre deux bois mon coeur balance…

Je rejoins les quais de la Seine à Neuilly puis m’enfonce dans la banlieue chic par le quartier St James. Pas âme qui vive, j’imagine que ses habitants doivent buller entre Ramatuelle, le Cap Ferret ou l’île de Ré. Le Jardin d’Acclimatation n’est pas plus animé et les employés de l’accueil désœuvrés discutent sur le trottoir en attendant quelques visiteurs miraculeux.. Car cette année le covid 19 a hélas fini de vider la capitale de ses touristes en la plongeant dans l’ennui. Je longe le Bois de Boulogne jusqu’à la Porte Maillot.

Longer les quais à Neuilly et jeter l’ancre au monument Vent et Batailles à la Porte Maillot.

Le petit train menant au Parc s’attraction a été remisé en attendant des jours meilleurs. Je fais une pose casse-croute dans le square Alexandre et René Parodi, compagnons de la Libération. Le Monument 100% inox Vent des Batailles dédié au Général Koenig y siège majestueusement et domine la place en travaux gigantesque depuis des mois. La future gare du RER E entrera en service vers 2022. Au bout de l’avenue de la Grande Armée, l’Arc de Triomphe disperse ses avenues sur les quatre horizons, elles aussi désertées. La circulation habituellement chaotique de la place de l’Etoile n’est plus qu’un souvenir. Je prends l’avenue Marceau jusqu’au Pont de l’Alma. Surprise hallucinatoire, le restaurant  libanais le Nourot connait une belle affluence. Les Parisiens privés de voyage s’offrent sans doute ici une touche raffinée d’exotisme moyen-orientale, celle d’un pays récemment meurtri par l’explosion du port de Beyrouth.

Lire la suite la Grande traversée de Paris …co-vidé

Rando Banyuls : Sentier littoral et boucle du Vall POMPO

Côte Vermeille, pays de merveilles ! Elle s’étend du massif des Albères au sud des Pyrénées-Orientales depuis Argelès-sur-Mer sur la plage du Racou et se prolonge jusqu’à la frontière espagnole à Port-Bou en passant par Collioure, Port-Vendres, Banyuls-sur-Mer et Cerbère. Paradis de la plongée et des découvertes en kayak de mer, la Côte Vermeille attire aussi de nombreux randonneurs autour de Banyuls, point de départ du célèbre GR10 qui traverse toutes les Pyrénées .

Un réseau de 9 itinéraires de randonnées pour tous les niveaux

Avant de vous lancer sur les chemins de la région , le mieux sera de vous rendre à l’Office de Tourisme sur la croisette ou encore à la Maison de la randonnée (ouverte de 9h à 11h00) et d’investir 4 € dans la petit Guide des Randonnées autour de Banyuls. C’est ici que se donnent rendez-vous les groupes au départ des 9 itinéraires mentionnés dans la brochure.

Avec ma courageuse randonneuse !
Côte Vermeille, paradis de la plongée, du kayak ..et de la randonnée .

Lors de nos vacances estivales , j ‘avais sélectionné deux parcours d’une demi-journée pour en découvrir quelques facettes en permettant à mon amie Murielle de se tester pour son baptême du feu en véritable randonnée. (A lire plus loin ses premières impressions) : le sentier littoral entre Banyuls et la cap Peyrefite et une boucle sur les crêtes du Vall Pompo.

Un sentier littoral engageant ..pas si facile !!

A l’image du GR34, son homologue breton, cet itinéraire côtier plutôt court cache bien son jeu . Il ressemble sur le papier à une jolie balade avec seulement 6 km , or l’accumulation progressive des dénivelés s’avéra rapidement éprouvante sous les chauds rayons du soleil du mois août . La mention « assez difficile » du guide est bien une réalité et mieux s’y engager assez tôt le matin, sachant que ce sentier à la végétation très rase ne présente aucune zone d’ombre pour s’y abriter.

un sentier littoral difficile malgré les apparences

téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx  https://www.visugpx.com/t9diBdjbOV

Nous avons eu hélas à le constater lors d’une rencontre avec une randonneuse en grande difficulté. Partie avec quelques amis elle aussi de Banyuls, elle présentait les premiers signes d’une insolation (épuisement et vomissement) . Avant de la quitter, je lui donnais un peu d’alcool de menthe et les coordonnées GPS du lieu à un de ses compagnons visiblement un peu dépassé et ce afin qui les communique rapidement en appelant le 112 . Une demi-heure plus tard, nous croisons pompiers et policiers en quête d’information alors qu’un hélicoptère de la Protection Civile cherchait visiblement déjà la malheureuse randonneuse. Après cet épisode, Murielle resta un peu tendue et il lui fallut quelques temps pour profiter à nouveau du splendide décors.

Nous cheminions parfois à près de 70 m au dessus des criques avant de descendre jusqu’au niveau des plages. Ici et là, des plongeurs s’équipaient pour explorer ces fonds réputés pour la flore et la faune. Les premiers groupes de kayakistes matinaux ou des flottilles de rameurs en stand up paddle investissaient les anses en silence. Le vent puissant des trois jours précédents n’était plus qu’un souvenir et les plaisanciers croisaient sereins entre ciel et mer d’un bleu sublime. Après 5 km de ces montagnes russes, nous sommes arrivés au Cap Peyrefite. Un chemin raide descend vers la plage blottie dans une large crique baignée de soleil où l’on distingue le balisage d’un sentier cette fois sous-marin que l’on suit avec masque et tuba. L’ombre se faisant rare et nous remontons sur l’autre versant pour dénicher un coin abrité pour pique-niquer. En contre-bas, les vacanciers profitent de l’eau claire et tiède ou se pressent à l’unique buvette . Débarrassés enfin de notre panoplie de randonneurs en surchauffe , quel bonheur de s’immerger dans cette eau limpide avant de reprendre le car pour Banyuls !

La boucle du Vall Pompo tout en grimpettes

Bien installés sur notre terrasse devant un verre de vin frais de Banyuls et quelques toasts d’anchois, nous contemplions le paysage de vignes s’estompant sous le soleil couchant. Très loin, très haut, une chapelle blanche et un pin incliné semblaient inaccessibles et dominaient la baie. Après le sentier littoral, j ‘avais vaguement regardé le tracé de cette seconde randonnée de notre séjour. J’ignorais précisément que ce parcours nous conduirait jusqu’à ce clocher . (Murielle aussi ! ) .

Une montée de près de 400 m sous le soleil !!

téléchargez la trace de cette seconde randonnée au format .gpx https://www.visugpx.com/acHTPa1QD5.

Forts de notre expérience de l’avant-veille, on débuta dès 8h30 .. après mon incontournable café en ville. Très vite le chemin s’élève et serpente sur la colline pour atteindre une première chapelle, Notre Dame de la Salette. Le corps est encore froid, les muscles encore endormis nous rappellent les effets douloureux de la gravitation sur l’homme. Et pourtant la route est encore longue pour atteindre le col de Gascons situé à mi-parcours des 10 km annoncés . Privé de mes habituels bâtons, je suis aussi à la peine sur ce sentier étroit bordés de chênes-liège parfois noircis du dernier incendie. Après les déboires de la randonneuse du littoral, Murielle a cette fois mis un chapeau, elle grimpe à son rythme en serrant les dents, je veille à ce nous buvions régulièrement et insiste pour qu’elle prenne aussi une barre de pâte d’amandes, le petit dèj étant déjà loin. Lors de cette grimpette interminable nous croisons des trailers en pleine descente vers la ville. La Chapelle blanche et son pin nous accueillent enfin. Clic clac, les smartphones enregistrent l’exploit. Tout en bas, très loin nous distinguons un bloc d’immeubles et situons notre terrasse. Un rêve furtif de bière fraîche traverse nos esprits mais il faut continuer encore 800 m pour atteindre le col (390 m) et prendre le GR10 vers Banyuls.

Murielle à la table d’orientation au dessus de Banyuls
Un des panoramas de la fabuleuse Côte Vermeille

Le Guide mentionnait « descente difficile jusqu’à la fontaine des Chasseurs » : vrai ! la pluie a totalement rongé cette portion et un panneau met en garde les randonneurs sur l’aspect « mal pavé » . Les pierres roulent en effet sous nos pas et Murielle très concentrée se bat parfois avec des marches de géant. C ‘est avec soulagement que l’on atteint la fontaine pour se rafraîchir et détendre nos jambes tétanisées. Le GR10 coupe régulièrement la D86 et l’on croise quelques cyclistes en ascension vers la Tour de Madeloc (670m) et des randonneurs au long cours dans les Pyrénées orientales. Un jeune couple monte vers nous charger de lourds sacs à dos accompagné de son chien harnaché de petites sacoches . A leur programme, dix jours en autonomie totale ! Je partage mon restant d’eau avec le toutou et nous continuons notre descente. Il est plus de midi, je meurs de faim, Banyuls nous attendra pour le déjeuner, nous pique-niquons tranquilles sous les pins. Ce tour du Vall Pompo nous a donné un bon aperçu des premiers kilomètres sur le GR10, l ‘un des plus beaux et plus durs de l’Hexagone, une traversée Est-Ouest qui nécessite entre 50 et 60 jours de marche ! L’heure est pour le moment à la dernière baignade. Nous partirons le lendemain à Collioure, belle et surpeuplée . Bye bye Banyuls, nous regrettons déjà ta tranquillité de station balnéaire familiale, tes tapas du soir et tes concerts d’amateur sans complexe au kiosque de la croisette !!

Murielle :  » une première rando pleine d’enseignements « 

Je suis parisienne, alors autant vous dire que la randonnée n’est pas innée chez moi. Mais cette activité te fait hésiter, persévérer et enfin t’émerveiller. Cette randonnée-là, je l’ai découverte en arrivant à Banyuls-sur-Mer. Au début, c’est dur, on se demande ce que l’on fait là, pourquoi on n’a pas pris la voiture ! Et puis, on persiste. On  découvre la beauté, sa faune, sa flore, ses vallées, ses criques, ses couleurs. Tout ce que la randonnée peut nous offrir…

Quelques appréhensions et la volonté d’aller jusqu’au bout de cette première expérience ..

Au bout d’une heure de marche sur le sentier littoral, j’ai découvert une femme assise avec des signes de grande fatigue et de malaise… j’ai été prise de panique au fond de moi et pourtant j’ai pris conscience qu’il faut écouter son corps, il ne ment jamais ! Respectez son rythme et écoutez les signaux qu’il vous envoie. Ne forcez pas la marche si votre corps doit fournir un effort inhabituel. Mon guide m’a impressionné vis-à-vis de cette dame, il a réagi avec efficacité et resté concentré pour la protéger en donnant les directives pour la secourir (j’étais fière d’être auprès de lui… c’était rassurant !). Malgré tout, encore un peu inquiète, il m’a fallut poursuivre ce sentier avec davantage de vigilance et de concentration jusqu’à l’arrivée. J’ignorais alors ce que me réservait la seconde randonnée sur le Vall Pompo !!

La rando se mord la Queue-lez-Yvelines

La forêt de Rambouillet reste la grande rivale de celle de Fontainebleau, en terme d’itinéraires (77) de randonnée. Laissons un moment les jolies balades autour du château pour explorer la partie du Nord du domaine et plus précisément la forêt des 4 piliers avant de plonger plus au sud.

La forêt des 4 piliers, point de passage de cette belle randonnée de 24 km dans les Yvelines

L’itinéraire en boucle proposé part de la gare de Garancière-La Queue (ligne N SNCF -direction de Dreux en gare Montparnasse pour les parisiens). Il s’agit d’un très beau parcours de 24 km environ avec deux trois bosses offrant un dénivelé de plus de 300m+ au final. Les passages en sous-bois restent majoritaires et je vous conseillerais de réaliser cette randonnée en période sèche sachant que de nombreux petits cours d’eau rendent la zone très humide les jours de pluie.

la nature dans toute sa splendeur au mois de juillet .

Un patchwork flamboyant de bruyères et de fougères

En ce mois de juillet et par une journée très lumineuse, la nature nous gratifie d’un festival de couleurs. Les chênes se mêlent aux bouleaux et aux châtaigniers alors que les fougères d’un vert éclatant dominent les bruyères et autres fleurs de printemps. Sublime ! Les sentiers sablonneux typiques des forêts de pins rendent la rando confortable. Le chemin se devine parfois entre ces fougères qui frôlent par endroit les épaules ou se perd dans de longues allées. Rien d’étonnant à ce que l’on partage cet espace avec les cavaliers et les VTT , chacun y trouve son compte d’évasion. Vous y rencontrerez d’ailleurs de nombreux haras et clubs équestres dans les environs. Cette randonnée vous fera passer par le fameux GR22 , un magnifique sentier qui mène au Mont St Michel . Courage !

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx

https://www.visugpx.com/piuIBCf3mV

Idée rando : Samoreau d’une rive à l’ autre de la Seine

La Seine et Marne, le plus vaste des départements d’Ile-de-France, offre une infinité d’itinéraires de randonnée pour celui qui sait en composer le tracé. Les mois d’été le randonneur rêve de sous-bois lui procurant l’ombre aux heures de canicule, il cherche à cheminer le long de l’eau pour y trouver la fraîcheur, pour s’y reposer .

Une très belle randonnée de part et d’autre de la Seine avec au final une petite incursion en forêt de Fontainebleau toute proche.

Il lui suffit de prendre une carte au 1:25.000e , d’identifier quelques GR et PR, décrypter les reliefs et la nature de l’environnement, choisir les gares pour y accéder et puis laisser parler ses envies en évaluant le nombre de kilomètres sur cette carte papier de l’ IGN ou sur un logiciel comme Openrunner. En amont de Paris la Seine déroule ainsi sont cour dans des univers très variés que découvrent les marcheurs le long de ses rives, soit près des flots , soit sur les hauteurs de ses coteaux. Nous sommes descendus cette fois à la gare de Samoreau pour commencer une boucle sur la rive droite du fleuve afin d’atteindre le petit port de Champagne-sur-Seine. Le sentier serpente dans une étroite bande boisée puis après une dizaine de kilomètres, débouche sur le pont de Champagne-en-Seine, l’occasion de passer rive gauche pour remonter

Une randonnée en boucle depuis Samoreau conjuguant les passages en forêt et la traversée de Champagne sur Seine et Thomery

vers Thomery. Le chemin se veut plus roulant, nous partageons dorénavant l’espace avec les cyclistes et les poussettes. Nous pénétrons discrètement dans les propriétés privées en ouvrant et refermant les portes du passage laissé libre aux mariniers. La chaleur de juillet invite les plus audacieux des riverains à la baignade ou à hisser les voiles des dériveurs légers et se mettre au stand up paddle. Il est plus de 13h, les BBQ émoussent notre appétit, le pique-nique ne peut plus attendre !

La chaleur de juillet entre baignades sauvages et bronzette. Une belle passerelle aide à franchir le Loing.

Quoi de plus agréable que de poser son sac sur l’herbe et regarder passer péniches et bateaux de plaisance en balade avant de s’offrir une sieste réparatrice pour repartir vers le nord. Depuis quelques années, les communes et la région Ile-de-France poursuivent l’aménagement des bords de Seine aussi bien en amont qu’en aval de la capitale. Les chantiers navals de jadis ont fait place aux aires de repos et de jeux, les usines désaffectées s’égrainent au fils des anses , des ponts de béton propulsent des autoroutes et les lignes RER d’une rive à l’autre. Changement d’époque, autre ambiance.

Le sentier de randonnée s’y glisse dessous et se colore de fresques et de tags sur les piles des géants. Nous traversons Thomery, une jolie petite ville dont les vignes et le bon vin ravissaient naguère les meilleures tables parisiennes.

La maison de Stéphane Mallarmé à Vulaibes-sur-Seine

Un circuit spécial fait le tour de ce vignoble vertical accroché aux murs d’un dédale de ruelles. Avant de rejoindre la gare de Samoreau et revenir vers Paris, selon l’heure, ne manquez pas d’aller visiter la maison où vécut le poète Stéphane Mallarmé à Vulaines-sur-Seine.

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx :

https://www.visugpx.com/CChQZ1NmWi

Idée rando : chemin Jean Racine St rémy-les-Chevreuses

La Haute Vallée de Chevreuse reste un formidable cocktail de découvertes à la fois nature et culturelles . Le randonneur y trouvera un terrain de jeu varié en alternant les passages dans une forêt parfois très vallonnée , des plaines et enfin sur les berges de l’Yvette dont le réseau hydrographique de ses affluents offre une foule d’itinéraires. Celui que j’ai sélectionné passe au nord de sa vallée et débute par une bonne montée vers le château de la Madeleine . Une fois au sommet vous avez un joli panorama sur St Rémy et Chévreuse .

Une boucle Nord de 24 km à partir de la gare de St Rémy Les Chevreuses

Ce parcours vous mène ensuite à découvert jusqu’à Millon-la-Chapelle puis Romainville. Vous passez devant les Granges de Port-Royal qui abrite le Musée National, un site traversé par le fameux Chemin Jean Racine. Ce circuit linéaire est long de 5,6 km et constitue une belle balade pour découvrir rapidement cette région des Yvelines. A votre retour vers st Rémy (notre gare de départ et d’arrivée), vous aurez l’occasion d’ admirer l’Ancienne Abbaye de Port Royal des Champs qui trône dans un écrin de verdure. Le PNR descend ensuite plein sud vers la gare . Cette boucle de 24 km ne présente pas de forts dénivelés, les bons marcheurs mettront de 5 à 6 heures.

Le dramaturge Jean Racine était tombé amoureux de cette région et aimait s’y perdre de longues heures.
L’explosion du printemps dans les Yvelines entre plaines et forêts.

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx https://www.visugpx.com/2Y9ttAzRR1