Gerald Sterlich, un artiste-pèlerin sur les chemins de Compostelle

Gerald Sterlich, pèlerin multirécidiviste autrichien et artiste de grand chemin.

Les chemins de Compostelle sont toujours l’occasion de rencontres passionnantes . C’est à Saint-Julia que j’ai fait la connaissance de Gerald et de sa femme, comme çà simplement , autour de la table du petit déjeuner dans un gîte confortable planté sur une colline du Gers. Le couple venait d’Autriche, comme Hans Peter , mon compagnon  suisse de route  et de hasard nous étions tous les quatre parti  d’Arles sur le GR653 en direction de Punte La Reina en Espagne.  Après quelques échanges, alternant l’anglais et l’allemand  histoire de faire connaissance, Gerald ouvrit naturellement un carnet de moleskine sous mes yeux . Je lui demandais alors de le parcourir, et c’est avec surprise que je découvris que derrière ce pèlerin jusque là anodin et discret se cachait un artiste . Depuis 2015, cet ancien architecte de 70 ans, vivant aujourd’hui dans une vallée viticole proche de Vienne, dessine désormais pour son seul plaisir sur les chemins jacquaires de France et d’Espagne, en consacrant à cette passion de 30 à 45 minutes par jour environ. Alors que la plupart des randonneurs au long court se concentre sur la longueur des étapes ou shootent avec frénésie des centaines de photos numériques, Gerald savoure le temps d’une pause et prend le temps de fixer sur ses carnets la beauté des édifices ou des décors qui rythment son parcours. Equipé de Rotring et de quelques peintures à l’eau, l’ex-architecte devenu marcheur perpétue l’art du carnet de voyage en mettant à profit un sens aigu de l’observation propre à son ancien métier. Une fois le dessin terminé, il le complète d’une fine légende dont l’encre de Chine relève encore la finesse de l’ensemble. J’ai feuilleté ce carnet  jusqu’à la dernière page et je l’ai refermé encore sous le charme de ce chemin d’Arles coloré. Mais au-delà des croquis j’ ai aussi découvert ce matin-là une autre philosophie du voyage, celle d’un pèlerin libéré du temps. Plusieurs de ses dessins m’ont aussi révélé des  lieux  où j’étais passés sans rien voir de leur intérêt, en randonneur trop pressé .

Eglise d’Argonnet Lauragais

Ecluse sur le Canal du Midi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.