Rando périurbaine d’Aubervilliers à Saint-Denis, mon 9-3 !

Un parcours de 9 km à la découverte du 93 en pleine mutation urbaine

Il a fallu que je fasse de la randonnée pour retourner, par le plus grand des hasards, dans la banlieue de mon adolescence. Lors d’une première sortie périurbaine à Sevran, organisée par l’association Voyage Métropolitain, j’avais déjà pu mesurer toute l’ampleur de la mutation du 9-3 : désindustrialisation généralisée, émergence du secteur tertiaire, réhabilitation de l’habitat, parfois bâclée, ou de sites d’usines, comme Kodak, et des projets les plus extravagants comme la construction d’une piscine à vagues !

Quelles pages de cette histoire ai-je donc ratées  ?  Un flash-back s’impose. Fin des sixties : ma famille quitte Asnières pour s’installer à La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Sans nous prévenir, mon père avait acheté un appartement sur plan, rue de l’Abreuvoir. La surprise est totale, violente même ; nous allions bel et bien  habiter à côté d’une ferme avec sa basse-cour, et des chevaux ! Le 93,  c’était la cambrousse à moins de 10 km de Notre-Dame de Paris.

Le dragon était déjà à la Villette de la Cité des Sciences était déjà là dans les années 80

L’urbanisation débridée des Trente Glorieuses façonna très vite notre quartier en un univers de tours et de barres HLM. La cité des 4000 fut le point d’orgue de ce délire de l’époque, avec à la clef son lot de délinquance en tous genres. Le vaste Parc Paysager constitua alors la seule enclave de verdure où venait se détendre une population cosmopolite issue des  générations d’immigrés successives. Les villes « rouges » de la seconde couronne francilienne faisaient encore de la résistance avant l’effondrement de l’URSS et du communisme. La Fête de l’Huma s’installa logiquement dans ce parc chaque automne et ne le quitta plus. Situé à deux pas de chez moi, j ‘y allais avec ma 125 participer au rassemblement moto de l’Elan où les vrais bikers campaient souvent dans la boue.

Mon 93, c’était aussi la Fête Aérienne du Bourget. Tous les deux ans, des escadrilles d’avions de chasse survolaient la banlieue à basse altitude et j’étais aux premières loges. Notre immeuble résidentiel pseudo-campagnard fut vite cerné par le béton,  mes terrains-vagues de jeux cédèrent la place aux lotissements. Mon espace de liberté s’est ainsi rétréci comme une peau de chagrin. J’intégrais le Lycée Technique d’Aubervilliers, puis l’IUT de Saint-Denis, des établissements dont le climat social n’était pas toujours de tout repos.

Les abattoirs ont disparu pour laisser place à une cité tournée vers le futur.

Depuis beaucoup d’eau a coulé dans les canaux du 9-3. Cette première rando périurbaine m’avait donné un éclairage sur la nouvelle réalité du terrain, une image parfois éloignée des clichés misérabilistes habituels. Force est de constater que la Seine-Saint-Denis poursuit inexorablement sa mutation et profite avec opportunité de l’éclosion du Grand Paris. Même si un premier échec de la candidature de la capitale avait mis un bémol au rêve olympique de la Seine-Saint-Denis, en bouleversant les plans d’urbanisme. Le prolongement des lignes 12 et 14 du métro au-delà du périphérique, notamment à Pantin et à Saint-Ouen, les avantages financiers offerts par les municipalités, le prix attrayant du m2… autant de facteurs qui incitèrent rapidement les sociétés à délocaliser leur siège dans ces banlieues jadis oubliées, voire méprisées. Depuis, l’immobilier de bureau et les logements de standing ont envahi les quais en aval de la Seine et remplacé les dernières usines et entrepôts désaffectés.

Quand le tram T3 déroule son tapis vert le long du canal de l’Oise

Pour cette seconde immersion dans le 93, nous étions près d’une centaine  de marcheurs à se regrouper devant la Cité de la Musique. Des architectes, des étudiants ou encore des randonneurs curieux, tous motivés pour partir à la découverte, de façon concrète, du futur visage de cette banlieue nord,  d’Aubervilliers à Saint-Denis. Le Voyage Métropolitain profita du 19e festival du film Dionysien pour coupler cette balade avec la projection du film le « Pont du Nord » dont de nombreuses scènes furent tournés en 1980 sur plusieurs sites de notre itinéraire. Des séquences montrèrent aux plus jeunes  une transformation saisissante. Même le dragon de la Cité des Sciences à la Porte de la Villette a bien changé depuis !

En remontant vers la porte d’Aubervilliers et en suivant le canal de l’Oise, je constate que le tramway a réussi à  embellir les boulevards des Maréchaux, des artères parfois sinistres. Son tapis de verdure serpente aujourd’hui le long du quai  jusqu’au centre commercial du Millénaire. Promeneurs et joggers se sont approprié l’espace. A la place des aires jadis occupées par des campements sauvages, un embarcadère et des péniches électriques assurent dorénavant le transport local des employés vers les bureaux et ce gigantesque pôle.

Le pôle commercial du Millénaire

Toutefois cet étalage de modernité côtoie, hélas, une misère  humaine d’un autre temps, celui des bidonvilles. A quelques centaines de mètres de là, des migrants de tous horizons survivent sous des tentes plantées sur les pentes du périphérique ou autour de braseros, sous l’échangeur de La Chapelle. La traversée d’Aubervilliers nous amène dans un autre univers, celui de la mode et de ses accessoires. Des centaines de grossistes asiatiques ont investi les lieux et arrosent de « Made

Le temple de la mode et accessoires « Made In China »

In China » la région, voire le pays. Le CIFA (Centre International France Asie) ultra sécurisé abrite près de 300 négociants, et le touriste n’y est pas admis ! Je me retrouve à des années-lumière du Sentier , ex- temple  parisien du textile, une époque où mon père m’emmenait faire le tour de ses fournisseurs. Camionnettes, porteurs pakistanais, prostitution… les embouteillages ressemblaient à un piège infernal. Inutile de s’énerver, on plantait là sa bagnole pour prendre un café et revenir plus tard ! Le prolongement de la ligne 12 s’achève à la station Front Populaire – tout un symbole. C’est ici qu’émerge une architecture parfois audacieuse, celle du Campus Condorcet, la future Cité des Humanités et des Sciences Sociales. A court terme ce concentré de matière grise regroupera sur 180 000 m2, 8 000 étudiants, 4 000 chercheurs et 4 700 doctorants.

Basilique de St Denis, sépulture sublime des Rois de France

Après quelques kilomètres de marche, le groupe s’arrête dans le quartier Cristiano-Garcia en pleine rénovation, et visite le Hogar de Los Espagnoles, géré par La Maison d’Espagne de la Région Parisienne. Au début du XXe siècle de nombreux espagnols venus de l’Estramadure et de la Vieille Castille, principalement des journaliers agricoles, s’installent dans cette zone industrielle  que l’on appellera « La Petite Espagne”. Il reste de cette époque un centre culturel, dont un théâtre, cernés eux aussi par  les nouvelles constructions.  Nous traversons le joli parc où siège La Maison de la Légion d’Honneur avant de rejoindre la Basilique de Saint-Denis, terme de ce voyage métropolitain de 9 km.

le futur campus Condorcet = 18.000 m2 de matière grise !
Comment transformer une usine désaffectée en groupe scolaire !

La Seine-Saint-Denis m’a réservé encore bien des surprises. Il suffit parfois de quitter les sentiers battus, de longer ses canaux, de se perdre dans ses ruelles pour découvrir les multiples facettes d’un département très jeune, encore trop  mal compris, un melting-pot ethnique et culturel, d’une richesse insoupçonnée.

Téléchargez la trace de ce circuit :

https://www.visugpx.com/pIBPC9bZWX

Retrouvez le programme complet 2019 du Voyage Métropolitain :  http://www.levoyagemetropolitain.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.