Archives du mot-clé rando Bourron-Marlotte

Blanc en neige et Bourron glacé. VIVE L’HIVER en rando !

Fin janvier, le thermomètre amorce ce jour-là un joli plongeon et flirte avec le zéro. Doudounes, polaires, gants et bonnets, les randonneurs parigots boudinés s’agglutinent sur le quai de la gare de Lyon option départs sports d’hiver pour rejoindre la forêt de Fontainebleau . Désigné guide, j’accompagne une quinzaine d’entre eux vers Bourron-Marlotte pour une randonnée de quinze kilomètres en direction de Morêt-sur-Loing.

Belle diagonale de 15 km 100% boisée au coeur de l’hiver

Le domaine au sol sablonneux reste une valeur sûre lorsque la pluie hivernale détrempe la plupart des sentiers d’Ile-de-France. Le parisien en goguette se pâme d’ordinaire au printemps devant le premier brin d’herbe sur son chemin et se réjouit d’évoluer dans cette belle nature. Cette fois, il tombe en état de grâce lorsque la vue des marres gelées s’offre à son regard ébloui par tant de merveilles . Alors il enlève ses moufles et saisit son portable afin d’immortaliser l’instant. Maryvonne, Corinne (et moi-même), probablement marquées par le dernier film La Reine des Neiges, succombent les premières face au spectacle grandiose.

Miroir, dis moi qui est la plus belle randonneuse ?!

Authentiques aventurières des chemins, elles dégainent leur appareil et enregistrent les miracles pixelisés afin de les partager avec leur fan-club de FaceBook ou Instagram. Alors que le groupe s’enfonce dans les profondeurs de cette forêt, le ciel se voile soudain . Les meilleurs météorologues d’entre nous sont formels : il va même neiger ! Chacun interroge du regard son App préférée afin d’en déterminer l’heure exacte . Insensible à leur quête scientifique, je décide de stopper à la grotte Béatrix pour organiser le pique-nique dominical. L’univers minéral bien abrité est idéal. Il est facile d’imaginer ici les hommes préhistoriques dévorant de malheureux sangliers tués à main-nue et à peine cuits avant d’honorer leurs femelles à même le roc !

Maryvonne, Reine et notre photographe des Neiges du jour .
Passage étroit à Fontainebleau in the rocks

Les randonneurs affamés par au moins une dizaine de kilomètres sur le sentier Delecourt N°11, se jettent sans retenue sur des salades de pâtes ou autres préparations peu engageantes compressées depuis la veille dans les Tupperware. Certes la fameuse gastronomie française atteint ici un degré à la limite du hors-jeu. Qu’importe ! Les bouchons des bouteilles de vin s’extirpent à grands « blop » qui résonnent dans la grotte et les conversations débridées par l’antigel divin réveille toute la faune en hibernation. La farandole des desserts tourbillonne parmi les randonneurs déjà repus. Ils se navrent dans leur Ford intérieure de leurs propres abus et se désoleront le soir venu de n’avoir pas perdu un seul gramme ! Malgré la dose de blanc servie par Patrick, notre généreux sommelier attitré, le froid saisit progressivement les convives itinérants. Incontestablement la température a encore baissé. Et là, nos prédicateurs éclairés se réjouissent : les premiers flocons voltigent dans l’air !!

La grotte Beatrix, site rêvé pour pique-nique improvisé
Et soudain le décor devint d’une blancheur virginale ! Magnifique .

En quelques minutes le sol se recouvre d’une mince couche immaculée, les épineux se transforment en sapins de Noël. Excitée par la beauté quasi virginale, Maryvonne multiplie les clichés alors que mes doigts gelés patinent grave sur l’écran de mon Iphone 6 noyé par les cristaux afin de trouver un chemin sur l’App Iphigénie. En vain. Retour à la méthode d’orientation traditionnelle des anciens marcheurs , je ressors (de mon pantalon déperlant Cimalp, 70€ en solde) la pochette A4 astucieusement fermée par un ruban adhésif qui contient les photocopies de la zone concernée de la carte au 1.25 000e. Tel le touriste perdu en ville sans GoogleMap, je décrypte dans la tempête les panneaux cloués sur les arbres à chaque carrefour. La couche de neige s’épaissit et la moindre pente réveille les souvenirs enfouis de nos dernières joyeuses descentes à skis qui remontent à l’ère glaciaire. Je dois le concéder, troublé par l’émotion j’ai à cet instant perdu la trace du GR11 qui doit nous conduire à la gare de Morêt. Sans le révéler au groupe afin de m’épargner une révolte, j’erre bien trop au sud. Puisant dans des ressources intellectuelles insoupçonnées mises à mal par la température polaire, je redresse la trajectoire pour rejoindre enfin la ville et ce une minute avant l’arrivée du TER venant de Bourgogne. Ouf ! Les randonnées hivernales deviennent un régal car elles nous offrent cette rupture providentielle avec notre quotidien douillet. Alors action !

Téléchargez la trace de cette randonnée ICI