Archives du mot-clé Chasselas de Thomery

Idée rando : Samoreau d’une rive à l’ autre de la Seine

La Seine et Marne, le plus vaste des départements d’Ile-de-France, offre une infinité d’itinéraires de randonnée pour celui qui sait en composer le tracé. Les mois d’été le randonneur rêve de sous-bois lui procurant l’ombre aux heures de canicule, il cherche à cheminer le long de l’eau pour y trouver la fraîcheur, pour s’y reposer .

Une très belle randonnée de part et d’autre de la Seine avec au final une petite incursion en forêt de Fontainebleau toute proche.

Il lui suffit de prendre une carte au 1:25.000e , d’identifier quelques GR et PR, décrypter les reliefs et la nature de l’environnement, choisir les gares pour y accéder et puis laisser parler ses envies en évaluant le nombre de kilomètres sur cette carte papier de l’ IGN ou sur un logiciel comme Openrunner. En amont de Paris la Seine déroule ainsi sont cour dans des univers très variés que découvrent les marcheurs le long de ses rives, soit près des flots , soit sur les hauteurs de ses coteaux. Nous sommes descendus cette fois à la gare de Samoreau pour commencer une boucle sur la rive droite du fleuve afin d’atteindre le petit port de Champagne-sur-Seine. Le sentier serpente dans une étroite bande boisée puis après une dizaine de kilomètres, débouche sur le pont de Champagne-en-Seine, l’occasion de passer rive gauche pour remonter

Une randonnée en boucle depuis Samoreau conjuguant les passages en forêt et la traversée de Champagne sur Seine et Thomery

vers Thomery. Le chemin se veut plus roulant, nous partageons dorénavant l’espace avec les cyclistes et les poussettes. Nous pénétrons discrètement dans les propriétés privées en ouvrant et refermant les portes du passage laissé libre aux mariniers. La chaleur de juillet invite les plus audacieux des riverains à la baignade ou à hisser les voiles des dériveurs légers et se mettre au stand up paddle. Il est plus de 13h, les BBQ émoussent notre appétit, le pique-nique ne peut plus attendre !

La chaleur de juillet entre baignades sauvages et bronzette. Une belle passerelle aide à franchir le Loing.

Quoi de plus agréable que de poser son sac sur l’herbe et regarder passer péniches et bateaux de plaisance en balade avant de s’offrir une sieste réparatrice pour repartir vers le nord. Depuis quelques années, les communes et la région Ile-de-France poursuivent l’aménagement des bords de Seine aussi bien en amont qu’en aval de la capitale. Les chantiers navals de jadis ont fait place aux aires de repos et de jeux, les usines désaffectées s’égrainent au fils des anses , des ponts de béton propulsent des autoroutes et les lignes RER d’une rive à l’autre. Changement d’époque, autre ambiance.

Le sentier de randonnée s’y glisse dessous et se colore de fresques et de tags sur les piles des géants. Nous traversons Thomery, une jolie petite ville dont les vignes et le bon vin ravissaient naguère les meilleures tables parisiennes.

La maison de Stéphane Mallarmé à Vulaibes-sur-Seine

Un circuit spécial fait le tour de ce vignoble vertical accroché aux murs d’un dédale de ruelles. Avant de rejoindre la gare de Samoreau et revenir vers Paris, selon l’heure, ne manquez pas d’aller visiter la maison où vécut le poète Stéphane Mallarmé à Vulaines-sur-Seine.

Téléchargez la trace de cette randonnée au format .gpx :

https://www.visugpx.com/CChQZ1NmWi

De Fontainebleau aux vignes des Longs Sillons de Thomery (77)

D’année en année les randos en forêt de Fontainebleau  finissent par se ressembler . Et l’on a parfois l’impression d’avoir tout vu de cet imposant domaine. Pourtant Il suffit  de s’éloigner des sentiers sablonneux,  des fameux rochers et de faire simplement un détour par les bords de Seine pour découvrir en lisière d’autres trésors du département (77). En longeant les berges verdoyantes  depuis votre gare de départ à  Fontainebleau-Avon, vous arrivez à Thomery blottie dans une anse du fleuve et dominée par de hautes rives boisées. La véritable curiosité de ce village ne réside ni dans l’histoire de la batellerie, ni dans celle d’un peintre impressionniste mais dans son passé viticole ! Revenez un instant vers 1830, vous apercevrez alors plus de 250 km de murs plantés de vignes . Hautes de 2,50 à 3 m et espacés de 9 à 10m, ces constructions forment de long passages où pousse le Chasselas de Thomery. La réputation de ce raisin de table  dépassait  alors nos frontières. Les tables des grandes capitales européennes , jusqu’en Russie,   en raffolaient . Les randonneurs ne manqueront pas de suivre un  court itinéraire bien balisé : Le Chemin des Longs Sillons. Une signalétique soignée raconte ici l’histoire glorieuse de cette production qui se poursuivit jusqu’au milieu du XXe siècle. Dès la fin août,  on peut même goûter aux premières grappes de Chasselas qui ornent ces murs de pierre avant de revenir dans la forêt toute proche. Afin de donner bonne mesure à  votre balade , soit une vingtaine de kilomètre  jusqu’à la gare de Veneux-les-sablons, repiquez plein ouest afin de longer le bel aqueduc du Loing, un des trois ouvrages qui alimentent Paris. Cet itinéraire ne présente aucun dénivelé et peut au besoin de diviser en deux portions de 12 km en arrivant ou en partant de la gare SNCF de Thomery.

Téléchargez la trace GPS  de cette randonnée ICI

Pour en savoir davantage sur Thomery, cliquez sur ce lien

Un système complexe d’aqueducs pour alimenter Paris. Une large partie de voies est enterrée.