Archives du mot-clé rando 95

Courte rando-découverte de la forêt de Montmorency (95)

un parcours de 16 km pour découvrir cette jolie forêt située au Nord de Paris
Une des fontaines de la forêt de Montmorency

La forêt de Montmorency fait partie des terrains de jeu favoris des parisiens en balade. Marcheurs et vtt se partagent les nombreux chemins qui sillonnent cet espace très vallonné malgré les apparences. Ce relief intéressant fait aussi le bonheur de bien des adeptes du trail en quête de sensations et d’effort . On  peut accèder par exemple à cette forêt par la gare de St Leu depuis la gare du Nord à Paris. Un GR serpente dans la ville avant de s’élever vers le plateau boisé. Le fameux GR1 traverse ici la forêt du Nord au sud  et le PR  la « Ceinture Verte d’Ile-de France » , d’Ouest en Est. Si vous quittez les grandes allées et ses nombreux promeneurs pour emprunter au hasard des petits chemins, les plus chanceux et les plus discrets pourront même y rencontrer  des biches. Il y encore quelques années un de mes amis chassait ici à l’arc. Côté curiosités, vous trouverez des maisons forestières, d’anciennes fortifications , quelques fontaines et pièces d’eaux. Chênes, hêtres, bouleaux et divers pins forment un décor dense où il fait bon se perdre. La carte IGN 2313OT ou un GPS peuvent se révéler utiles dans cette profusion d’allées. Il faut compter près de 18 km de marche si vous décidez d’aller visiter le Musée de la Renaissance niché dans la petite forêt d’Ecouen-Ezanville. La Gare est juste en lisière, les trains vers Paris y passent toutes les demi-heures en moyenne. (Zone 3-4). Bonne balade !

Téléchargez la trace GPS  ICI

La carte au 1:25.000e pour éviter de tourner en rond !
Aménagé autour du château de la Chasse, ce circuit pédestre de 2,5 km propose 11 stations dédiées à l’histoire locale ainsi qu’à des thèmes de réflexion philosophique (l’homme et le cosmos, l’homme et la nature…).
Une rando facile et amusante à faire aussi en vtt
Décor d’hiver

Une rando-marathon, 13 filles au taquet, un guide radical et moi et moi et moi

L’oise à l’Isle Adam
Trois grâces en extase devant un abreuvoir !

« De l’Isle Adam à Luzarches, 32 km à allure soutenue guidée par Stéphane« . Je compris immédiatement  que la randonnée proposée par Sport et Nature ce jour-là réunissait tous les ingrédients pour repousser nos limites habituelles, sachant qu’au-delà de 30 km et à 4,5 km/h en continu la fin de parcours se ferait  dans la douleur. Et puis c’était Stéphane. La réputation de cet accompagnateur radical n’est plus à faire. Ce mec  sympa  a rayé depuis longtemps les termes compassion et diminution de parcours de son vocabulaire de meneur. Seul compte le respect du programme annoncé. Mou du genoux s’abstenir ! Quelques mois auparavant des randonneurs de l’association avaient pu vérifier cette réputation lors d’un retour vers Paris plutôt rock ‘n roll.  Ça débuta par  une course contre la montre durant les trois derniers kilomètres pour attraper un train, suivie d’une montée acrobatique dans une mauvaise rame. Épuisement collectif, la journée déjà éprouvante se solda par un retour vers les 22 heures ! Record battu .
Vu la distance non négociable, le rythme imposé et malgré une météo plus que clémente, seulement quatorze randonneurs répondirent présent au rendez-vous de la Gare du Nord. Treize filles, le guide et votre serviteur. Dès le départ de la gare de l’Isle Adam-Parmain, mes craintes se confirmaient, d’autant que le groupe de tueuses mené par Stéphane partit à fond le long de l’Oise. Comment allais-je pouvoir tenir la cadence infernale sur 32 km derrière cette meute gonflée à bloc ? Stéphanie dans mes pas, une baroudeuse de l’asso qui connaissait la musique pour avoir fait les 40 km du Mont Saint-Michel avec lui, je laissais filer et pris le temps du warm up habituel. (Il me faut bien 6 à 8 km pour atteindre ma vitesse de croisière.) Nous n’étions pas les seuls à trainasser en queue de peloton. Dès le briefing j’avais remarqué  Émilie, une nouvelle venue plutôt fluette et chaussée de simples tennis. J’essayais d’écarter mes a priori relatifs à l’équipement douteux de certains randonneurs, mais par expérience je savais qu’elle allait connaître de vrais soucis sur une telle distance. Il fallut pas moins de 16 km et la pause déjeuner au bord d’un étang baigné de soleil pour que le groupe mette enfin un bémol à cette marche rapide. Heureusement ce beau parcours en forêt ne présentait pas  de grosses difficultés si ce n’est quelques bosses, histoire de nous rappeler que ce tour de l’Ile-de-France

Un ultime massage au Baume du Tigre pour Emilie avant de reprendre le train à Viarmes

sur le GR1 est loin d’être plat ou monotone. Après une heure de repos, le rhum arrangé de Stéphane, la ronde copieuse des desserts , chacun réalisa qu’il fallait marcher encore la même distance, soit 16 km, donc abandonner ce rythme proche du Nordic walking !  A la reprise, Emilie , les muscles refroidis, comprit dès les premiers pas que la rando en tennis n’était pas le meilleur choix. Je fouillais dans ma pharmacie pour lui offrir de l’Advil et calmer ses contractures jusqu’ à la gare la plus proche et prévenais Stéphane. Le guide m’écouta, étudia la carte, nous étions au milieu de la forêt de Carnelle, la gare de Viarmes semblait la solution la moins pire pour Émilie. Miracle, il consentit à dérouter le groupe  ! (On n’en revient toujours pas).  Elle tint la distance grâce aux 400 mg d’ibuprofène jusqu’à destination puis une petite randonneuse thaïlandaise sortit de son sac toutes sortes de baumes exotiques , une copine un peu kiné lui administra un ultime massage avant que le groupe l’abandonne en ville avec une autre fille. Mais Stéphane n’ avait pas du tout renoncé à ses principes , 32 km c’est 32 km ! Alors il nous entraîna plein nord  jusqu’ à l’ abbaye de Royaumont afin de remplir le contrat. En franchissant la voie ferrée, on regarda  s’éloigner la gare de Seugy distante de quelques centaines de mètres. Luzarches était encore si loin, comme la plupart d’entre nous j’aurais bien repris le train ici ou une bière dans un de ces bistrots paumés de grande banlieue plombés par l’ennui. Ni pense même pas pauvre nain me suis-je dit, tu as signé et  puis hors de question de perdre la face devant les douze amazones sous perfusion d’adrénaline ou dopées aux amandes ou autres barres de céréales survitaminées. Après ce changement de parcours et une courte halte sans intérêt à Royaumont, un rien fatigué Stéphane perdit un peu de sa lucidité et son chemin, d’autant que sa portion de carte avait atteint les limites de lecture du tracé. Lors d’un contrôle GPS sur  App Iphigénie de mon Iphone, je me mis à douter de son choix  vers le sud. Après concertation, il accepta de prendre une route directe vers Luzarches  en  évitant une rallonge aussi pénible qu’inutile sur une variante du GR1. Il était près de 17h, on avait eu notre dose,  plusieurs me demandaient quelle véritable distance affichait le compteur. Coup d’œil sur le podomètre-bracelet et le GPS, nous avions parcouru plus de 34 km !  L’ heure de train jusqu’à la gare du Nord me plongea dans un demi-sommeil, rincé mais content.

Cette belle rando marque la 6e étape du GR1. Il nous reste encore de nombreux dimanches pour boucler les 670 km de ce sentier historique qui encercle Paris. Sachant qu’avec Stéphane, on devra parfois pousser plus loin la machine ! Le prix à payer pour progresser.

Téléchargez la trace GPS ICI

Idée rando Val d’Oise : de Magny-en-Vexin à Chars – 22 km

L’église et le prieuré d’Hétancourt

Le Parc Naturel du Vexin français constitue un formidable terrain de jeu pour le randonneur parisien, hélas certaines entrées sont moins pratiques d’accès si l’on décide d’utiliser seulement les transports en commun. Ainsi lors de cette randonnée au départ de Magny-en-Vexin, il fallut rejoindre Cergy-Le-Haut par le RER A depuis Paris-La-Défense (Navigo, Mobilis, etc..) puis prendre le Baladobus. Le tarif unique est de 4€. Ce service de car ouvert de mai à septembre propose deux lignes qui desservent les points intéressants de cet immense espace. Le dépliant de Baladobus mentionne également de nombreuses idées de rando entre 2 et 18 km et bien sûr les horaires. L’excursion depuis Cergy ne manque cependant pas d’intérêt. Durant 30 à 40 minutes ce voyage agréable offre aux visiteurs un parfait condensé du Vexin.

 

 

Pique-nique ombragé providentiel en ce dimanche caniculaire
Le Vexin agricole dans toute son immensité. Chaud !

La sortie proposée nécessite une journée complète depuis la capitale. Le retour se faisant à Chars (Ligne SNCF de Gisors à Paris St Lazare), et la fréquence des trains n’étant pas fameuse,  mieux vaut bien calculer son coup au risque de poireauter au bistrot du village. Pourquoi pas après tout .. ! Cet itinéraire de 22 km ne pose aucune difficulté même si le balisage disparait de temps dans la végétation ou devient incertain en plaine. On emprunte ici plusieurs portions des GR11 et GR 125 et différents PR. Vous traverserez de grandes étendues agricoles. Le décor sera plus agréable au printemps, le parcours très à découvert moins chaud qu’en été pour les marcheurs ..et moins polaire que l’hiver ! Cette randonnée sera une fois encore l’occasion de découvrir le potentiel culturel et historique du Vexin Français entre sites gallo-romains et médiévaux. Les corps de fermes majestueux et souvent remarquablement réhabilités témoignent de la richesse des  terres du Val d’Oise, d’hier et d’aujourd’hui. Certains sont désormais exploités en lieux d’évènements grand public ou professionnels.

Ps. Vous ne trouverez pas de points de ravitaillement mais heureusement de l’eau fraîche dans les cimetières. Prévoyez donc un pique-nique en conséquence.

Téléchargez la trace GPS de cette randonnée ICI

Plaines, petites zones boisées, un parcours très à découvert mais sans difficulté.
le Baladobus, deux lignes pour découvrir le Parc Naturel du Vexin Français de mai à septembre

Idée rando : mettez vous Auvers sur l’Oise (95) 27 km

un parcours de 27 km très boisé sans difficulté.
Le GR1 suit ici l’Oise sur quelques kilomètres

Paris s’est vidé de ses habitants, les touristes ont investi la Capitale soumise aux caprices d’un été alternant épisodes caniculaires et polaires. L’ile de France ouvre ses grandes espaces désertés aux randonneurs parigots. Notre copine Chantale nouvelle guide de Sport et Nature nous invite à découvrir la partie Est du Vexin au départ de la gare de L’Isle-Adam. La locale de St Leu a concocté une boucle de 24 km sur le papier. Nous en ferons 27, mais qu’importe, le parcours en valait la peine. La bonne idée fut de renoncer de commencer cette randonnée par  la forêt de l’Isle-Adam, tellement connue, mais de suivre l’Oise sur une longue boucle jusqu’à Champagne (sur Oise , of course ) et de traverser le Bois de la Tour du Lay en suivant notamment le GR1. Ce sentier qui encercle la région parisienne passe ici par Nesles-La-Vallée. Le charmant village nous accueille pour un pique-nique mérité sur la berge d’un canal verdoyant après 13 km menés à un bon rythme. Afin d’éviter un long passage dans la plaine, Chantal a choisi de descendre plein sud par un long goulet de verdure  ou s’enchaînent les Bois des Vignes, le Bois des Cocus (!), le Bois le Roi et qui se termine par la Côte de la Thibaude. Ce superbe chemin conduit à Auvers-sur-Oise, une destination beaucoup plus fréquentée ce dimanche. Si la présence de Van Gogh reste omniprésente bien sûr, le château, les terrasses des cafés et le calme des bords de l’Oise en font une idée de balade très accessible depuis Paris et passionnante. Une partie du groupe reprendra le train ici, le reste continuera en franchissant l’affluent de la Seine jusqu’à la gare de Mériel. C’est ici que Jean Gabin a grandi avant de devenir  l’immense acteur que l’on connaît. La ville lui a dédié un musée discret non loin du chemin de halage. Cet itinéraire ne présente pas de difficulté si ce n’est ses 27 km. Il permet de découvrir quelques perles du Vexin, un parc naturel classé vaste de 65.000 hectares regroupant 66 communes, une voie romaine sublime ainsi que des vestiges historiques remontant à 2500 ans avant J.C.  A parcourir sans modération.

panorama du Vexin
Le musée Jean Gabin à Mériel
Ici vécu Van Gogh à Auvers-sur-Oise
Demeure et restaurant de charme
La mûre toujours la mûre !
Nesle-La-Vallée
Un pollissoir de silex datant de 2500 ans avant JC découvert en 1969.

Télécharge la trace GPS de cette randonnée :  ICI

En boucle de Maisons-Lafitte à Conflans-St Honorine (23km)

Le port St Nicolas

Il y a des dimanches où une étrange flemme vous cloue au lit et vous fait renoncer à prendre le train et rejoindre votre club de rando. Ce jour-là le soleil a eu cependant le dernier mot et a poussé le randonneur à boucler son sac à la hâte et claquer la porte pour une journée de balade en solo. Depuis le temps que les péniches de Conflans St Honorine me faisaient de l’œil lorsque je passais en RER sur les hauteurs de la ville, il fallait que j’ aille voir ce fleuron de la batellerie de plus près. Je rejoignais la gare de Maisons-Laffitte et commençais mon périple en suivant le GR2 qui longe la Seine. La traversée de Sartrouville, Cormeille-en-Parisi n ‘a rien de folichon entre cimenteries désaffectées et décharges sauvages. Puis soudain le GR2 prend de l’altitude (quelques dizaines de mètres ! ), un sentier étroit et verdoyant me guide vers La Frette. Un circuit thématique entraîne ici le randonneur  sur la trace des peintres Impressionnistes dont Pissaro. Il fait dire que le paysage se prête à la rêverie, à un voyage au XIXe siècle , époque des bateaux-lavoirs, des barges en partance pour Rouen ou le Havre . Le fleuve serpente lentement dans son écrin.  Au loin les usines du Val d’Oise replongent le visiteur dans le présent. Il faut presque trois heures pour atteindre le Port Saint-Nicolas de Conflans- St Honorine. Avec les années, la petite ville a pris une dimension touristique que j’ignorais. Les quais boueux de jadis ont été réaménagés en promenade où l’on se pause ou se délasse sur des transat de bois. Les péniches d’habitation fleuries bord à bord donnent une merveilleuse impression de quiétude voire de vacance. Les chantiers de naguère ont presque tous disparus, les berges ont ouvert leurs espaces aux restaurants dont les terrasses ombragées font désormais le bonheur des familles en balade ou des amoureux en quête de romantisme. Les affamés d’histoire ne manqueront pas d’aller visiter le Musée de la Batellerie. Je franchis la Seine par la passerelle en contre-bas de l’autoroute de Cergy-Pontoise afin de reprendre mon chemin par la forêt de St Germain Laye lovée dans cette boucle du fleuve. Plat et monotone avec ses allées rectilignes interminables , bois n’est pas vraiment ma tasse de thé. Son seul mérite reste à mes yeux sa proximité de la Capitale. Gps en main je repique vers l’Est  pour rejoindre la gare de Maisons-Laffitte en zigzagant de chemin en chemin . Seul un itiniraire pédagogique attirera mon attention. Une signalétique bien faite apprend aux promeneurs curieux à reconnaître les différentes essences qui peuplent la forêt . Le GR2 traverse l’ Ile de France sur  260 km,  , la variété de ses sites  justifie que l’on y reviennent s’y attarde .

 

 

 

 

Téléchargez la trace Gps de cette randonnée en cliquant ICI

Documentation sur le GR2

Parc Naturel régional du Vexin : 65.000 ha de rando !

Il ne suffit qu’une heure de train depuis la gare St Lazare à Paris pour arriver au Parc Naturel régional du Vexin et s’ouvrir un terrain de randonnée de 65.000 ha ! Cet immense territoire protégé depuis 1995 s’étend sur les départements du Val d’Oise au Nord sur les Yvelines au sud . Il regroupe 99 communes où seulement 80.000 personnes y habitent !  C’est avant tout une terre agricole mais les amoureux de nature et passionnés d’histoire y trouveront un patrimoine culturel remontant au néolithique. Les randonnées dans le PNR vous feront découvrir un panorama assez typique composé de plaines fertiles à perte de vue, des villages blottis au fond des vallons, un patchwork de petits bois et puis un réseau de rivières, autant d’affluents et de sous affluents qui alimentent la Seine . Il existe près d’une vingtaine d’itinéraires de balade proposée par le site officiel www.pnr-vexin-francais.fr .Lors de cette sortie de 23 km, organisée par Thérèse du club Randif , nous sommes partis de la gare de Juziers l’un des 6 villes-portes du PNR, à l’extrême sud. La guide avait concocté son propre parcours avec l’idée de quitter parfois les chemins balisés ( GR ou PR) afin d’éviter la foule des randonneurs qui investit la région dès les beaux jours. Alors investissez 11€ dans la carte IGN 2212 O et tracez votre propre route de randonnée en boucle ou en visant une gare de retour. Celui proposé vous fera passer notamment par deux vestiges remarquables , des anciens meuniers : le Moulin Brûlé aux environs de Oinville-sur -Moncient (petite rivière) et  le Moulin Gaillard . Parmi les curiosités, ne manquez pas également une visite de la Cave aux fées qui fut  une allée couverte dans la préhistoire. Attention, des forces telluriques y règnent encore  paraît-il !  Le Parc Naturel régional du Vexin n’en finira pas de vous surprendre par la diversité de ses sites, la douceur et le charme de son décors mais aussi la sensation d’une immersion 100% nature, si lointaine de Paris.

 

Téléchargez la trace de cette randonnée  : http://www.visugpx.com/2uon0lF1jl

 

La crème de la rando à Chantilly

photo delire 3
La bande de gagneurs, guerriers de grands chemins..en route vers l’apéro
trace Chantilly
Balade estivale par l’Abbaye de Royaumont et incursion dans la forêt de Chantilly
Royaumont 3
Après de nombreux obstacles, une longue errance , le groupe arriva enfin devant les grilles de Royaumont ..fermées . Shit !!

A l’occasion du 8 mai, une quinzaine de  champions d’une célèbre association parisienne de randonnée, avaient répondu à la sympathique invitation de Christian et de sa compagne Cécile. Hasard du calendrier, ce couple symbolisait ce jour , anniversaire de la victoire 1945, le rapprochement Franco-Allemand. Car Christian a franchi le Rhin vers les années 90  (??) pour venir travailler  dans l’Hexagone.  Accent de Bavière irrésistible , sens et rigueur de l’organisation incontestables, extrême gentillesse, autant d’atouts qui ont dû séduire Cécile, cette parisienne intrépide en quête à l’époque de rencontres exotiques. Lors du court briefing à la gare de Luzarches, Christian annonça le programme : la rando sera de 20,5 km. A ce jour, aucun guide n’avait fait preuve d’une telle précision . Le groupe eut du mal à dissimuler son admiration. Toutefois, cette admiration laissa rapidement place à un certain doute, lorsque qu’une demie heure plus tard nous étions ..un peu perdu à la sortie de la gare ! Cela n’avait en fait que peu d’importance, nous avions décidé de passer une journée relax. La météo annonçait 26°c , j’ avais donc opté pour une tenue légère aux couleurs blanche et grise coordonnées. Cette belle unité n’échappa pas aux femmes de goût. Elles m’en firent la remarque, de quoi flatter mon égo  et me croire durant deux secondes irrésistible. Avec cette bouffée de chaleur soudaine , les randonneuses s’allégeaient ostensiblement. Ainsi Marie-françoise  nous gratifia d’un ensemble vaporeux 100% bleu, du paréo, au t-shirt jusqu’au sac à dos. Bref de quoi s’intégrer discrètement dans le décors.  Monique dévoila une fois de plus ses jambes de rêves. Claire était de retour parmi nous, avec une  coupe de cheveux estivale et son sublissimal sourire ravageur.  La température grimpait, et Béatrice trouva la parade absolue en remontant son T-shirt suffisamment haut pour créer une atmosphère érotique inhabituelle dans un groupe de randonneurs , à majorité des sex..agénaires.  Dès le départ, tous se couvrirent de crème solaire.

Groupe Chantilly sculpture
Véritable Indiana Jones de la rando , Christian le Viking nous mena dans un train d’enfer (Au départ de la gare du Nord) .

Seule Charlotte y renonça, m’expliquant pourquoi, en détail et pendant 2 kilomètres ! Les hommes se dépouillèrent également laissant respirer leur magnifique anatomie de sportif . Il fallut cependant attendre le milieu de la matinée pour que Patrick quitte enfin son Kaway-sudisette. Il chemina alors dans un  ancien t-shirt Marathon bleu pétant, moulant son corps  sculpté par d’épuisantes séances de gym quotidiennes combinées au plaisirs de la table ! Une vraie prouesse . Après forte insistance, j’avais convaincu Edward d’ôter les bas de son pantalon convertible. Celui-ci, récalcitrant,  m’avoua souffrir d’un véritable complexe au niveau des mollets. A la vue de ces derniers, je compris  effectivement pourquoi la nature pouvait se montrer parfois si cruelle. Les yeux rivés en permanence sur sa carte IGN, Christian nous guida dans un premier temps vers l’Abbaye de Royaumont. Lorsque les pièges du parcours se dressaient devant lui,il sortait alors crayon et boussole d’une énorme pochette pendue à son cou, remplie d’une foule d’accessoires digne d’une expédition himalayenne. Hélas, l’Abbaye était en travaux.  Ayant pris déjà un « léger » retard, nous avons préféré renoncer à la visite du parc . (et garder nos 5€ ) . A la suite d’une courte errance autour de la propriété, Christian retrouva le bon chemin . Attentif à nos besoins physiologiques et nutritifs, il n’hésita pas à stopper le groupe tous les deux cents mètres, un rythme qui contraria rapidement Michel. Celui-ci avait en effet du mal à contenir son incroyable énergie , sa fougue d’efforts, et paradoxalement  malgré deux ans de Tai-Chi, une discipline pourtant relaxante censée lui apporter la sérénité. On le vit ainsi disparaître du paysage à plusieurs reprises, de quoi  affoler Christian : « ach, nous zavons perdu Michel, il faut courir rraller lé chercher ».  Vu la chaleur, personne ne bougea évidemment. Fort heureusement, le randonneur rebelle réapparaissait quelques centaines de mètres plus loin, apaisé et souriant. Ouf !

chantilly Michel MF
Marie-Françoise et Michel, deux piliers de la rando, compagnons inséparables taillés pour l’effort , ici au carrefour de l’aventure.

La pause déjeuner fut incontestablement un des moments forts de cette randonnée  dominicale entre amis. Les marcheurs manifestant une grande faim, devant leur insistance, après avoir passer quatorze rond-points, au bout de 6 allées interminables, Christian accepta l’idée de stopper malgré que nous n’ayions pas effectué  la moitié du parcours, à savoir 10,250 km mais environ 9,785 km !! . Ach ze n’est pas prévu déclara Christian, avant de se résigner.  Des troncs providentiels coupés nous offraient une aire de pique-nique idéale. Pour l’occasion j’ avais convié ma cousine Corinne à se joindre cette rando . Apéro,  pinard à volonté, ronde des desserts , etc.. elle reste encore sous le charme,  elle reviendra, impressionnée par la logistique de Patrick,  la créativité culinaire des convives .Rien ne peut remplacer des années d’expériences, voilà le secret ! Toutefois, une légère alcoolémie, le feu des discussions passionnantes, quelques monologues parasites, autant d’éléments qui nous privèrent d’une vraie sieste. A la fin du repas , les filles nous offrirent un atelier « maquillage ». Marie-Françoise leur montra son dernier rouge à lèvres spécial rando et un nouveau rafraîchissant « anti-odeur ».  On ne va pas s’en plaindre, notamment en fin de journée ! Conquises, Maria, Cécile, Monique se refirent un rapide make -up, mettant ainsi en valeur leur mine radieuse, déjà hââlées par le soleil printanier. Au fil des kilomètres, de mon côté j’affichais rapidement un teint crevette malgré la crème solaire. Béatrice, toujours le nombril à l’air,  servit enfin le digestif au pastis ,  l’heure du départ sonna.

Profil Chantilly
La forêt de Chantilly n’est pas vraiment réputée pour ses dénivelés !

Il valait mieux car la pendule affichait pas loin de 14h30 et la forêt de Chantilly s’ouvrait à peine devant nous. Christian avait presque convaincu ses troupes d’allonger la foulée lorsqu’un nouvel élément allait anéantir ses espoirs : le muguet et la cueillette  ! Les randonneuses découvrirent en effet un eldorado de brins à clochettes. La vitesse passa dès lors de 2,8 km à … 0,002 km/h.Bref nous étions carrément à l’arrêt. Michel en profita pour choisir une pousse de chêne à planter sur son balcon alors que Patrick faisait sa cueillette habituelle de déchets. Il marchera ainsi plusieurs heures avec une cuvette en zinc écrasée et un sac poubelle géant. La psychologie du randonneur n’a pas encore livré  tous ses secrets. Quelques bosses de fin de parcours vinrent agrémenter un itinéraire plutôt plat. Les réserves en eau étaient presque épuisées, c’était l’heure de fantasmer sur la bière , le panaché , le Perrier-rondelle, la douche fraîche.. bref  d’en finir  et surtout avant le dernier train à Fosses -Survillers vers la gare du Nord. Bon, ce ne fut pas la plus belle  ni la plus sportive des randos, mais un réel moment de rigolade entre copains , une vraie journée de vacances ! Merci Christian et Cécile pour  cette initiative et rendez-vous pour une prochaine sortie avec Sport et Nature, le meilleur club de rando à l’Est du Missisipi.

Téléchargez la trace GPS de cette randonnée  en cliquant ICI

 

Je l’appelle Carnelle parce que .. (randonnée itinéraire bis)

trace Carmelle bis
un parcours de 22 km en pleine forêt

Les plus anciens apprécieront l’allusion hilarante à la chanson d’Antoine. Blague à part,  une sortie dans la forêt de Carnelle au printemps reste une vraie douceur. A l’occasion du 1er mai, Stéphanie nous avait concocté un parcours de 22 km totale nature. Nous étions une bonne trentaine de marcheurs au départ de la Gare du Nord en direction de Pessin-Beaumont dans l’Oise pour un départ à Presles. (40 mn de train, 11,60 € aller-retour ou Pass Navigo). La forêt de Carnelle reste une des grandes classiques du randonneurs et des VTT parisiens. allée grand arbre bisOn peut combiner les itinéraires en se baladant dans la forêt de l’Isle-Adam toute proche. Celui de notre guide du jour se faisant dans un sens anti-horaire pour varier les plaisirs avec un pique-nique prévu à l’Etang Bleu dont la couleur ..verte n’aura échappé à personne !  Le domaine étant assez petit , il a fallu donc faire une ou plusieurs boucles pour atteindre la vingtaine de kilomètres programmés. Et comme dirait Laurence , administrative du jour :  » Cela permet de bronzer sur toutes les faces ! » . Le déjeuner sur la rive de l’étang étant tellement agréable sous le soleil et une légère brise que le groupe s’est un peu éternisé, histoire de faire une sieste réparatrice digne de ce nom. fleurs sous boisCôté technique, la randonnée ne présente pas de difficultés majeures. Cela dit l’enchaînement des bosses a permis d’accumuler 469 m de dénivelé positif et presque autant en descente.  Toutefois les gros engins d’entretien de l’ONF ont creusé des ornières très profondes sur certains sentiers cet hiver, rendant certains passages peu agréables. Sans plus.   Cet itinéraire réalisé uniquement en sous-bois sera idéal lors des fortes chaleurs estivales.

Profil Carmelle Bis
un profil amusant sans grande difficulté
Steph Cart
Briefing de Stéphanie à la gare de Presles
filles au bar
Cécile, Stéphanie et Laurence, les professionnelles de Sport et Nature en débriefing

Panneau ONF Carnel Marcheurs montéeDocumentation : Carte IGN 2313 OT

Téléchargez la trace gps en .GPX ICI